Welcome visitor you can log in or create an account

fb logo twitter logo  instagram logo ytb logo

A+ A A-

Michaël Corbin

Michaël Corbin


http://perso.wanadoo.fr/paintingraph/


Par : Frédéric Brizaud


Mïchaël Corbin, présente sur son site Internet http://perso.wanadoo.fr/paintingraph/ ses travaux photographiques : des images étonnantes et colorées, où Michaël s'attache à créer une ambiance fantastique et mystérieuse. Toutes ses photographies font appel à une technique particulière : "la peinture au flash".


Votre site internet présente vos images de "peinture au flash". Pouvez vous nous en dire plus sur cette technique ?


photographieLa "peinture au flash" est une méthode idéale pour éclairer des intérieurs de grandes dimensions telle que église, objets divers en studio et de nombreuses scènes en extérieur, la nuit. Lorsqu'une scène est trop vaste pour être éclairée par un seul éclair de flash, on peut bénéficier avec un flash unique des mêmes avantages qu'avec plusieurs flashs, en laissant l'obturateur ouvert et en se déplaçant pour éclairer successivement les différentes parties de la scène, on appelle cela "peindre au flash". Pour cela il faut disposer d'un trépied et d'un déclencheur souple avec dispositif de verrouillage qui permettra de garder l'obturateur ouvert sur le réglage B ou T selon les appareils photos, pendant plusieurs minutes. Le flash n'a pas besoin d'être relié à l'appareil puisqu'on le déclenche manuellement en appuyant sur le bouton Test, et pour déterminer l'ouverture, on divise le nombre-guide par la distance. Mais pour réaliser des effets spéciaux tels que sur mes images sur le site, on peut modifier la couleur en adaptant un filtre coloré au flash pour créer une certaine ambiance plus ou moins mystérieuse, et utiliser des lampes torches elles aussi dotées de filtres colorés.


Quel matériel utilisez-vous pour réaliser vos prises de vues ?


photographieMon matériel se compose de plusieurs boîtiers d'ancienne génération ; un MINOLTA 7000, un 9XI, un PENTAX KM, et un CANON AE1P. J'utilise des focales fixes, telles que 35 mm f2, 50mm f1, 7.28mm f2,8, 20 mm f2,8 et 100 macro f2,8 pour la qualité de l'image, et deux déclencheurs, un mécanique, et un autre électrique. Comme lampes torches, trois MINIMAGLITE, une MAGLITE, deux lampes de poche néon, munies de filtres colorés, pour réaliser des fonds en studio derrière des objets, deux fibres optiques pour créer des ambiances de fêtes,que j'adapte sur les MINIMAGLITE, et la MAGLITE, dotées de filtres colorés. Une lampe mineur est nécessaire pour se déplacer et surtout pour éviter de renverser l'appareil dans l'obscurité, pendant la pose. Deux projecteurs de très haute puissance 500000 et récemment une 100000 candelas, dotée de filtres de couleurs, me permettent d'éclairer des paysages et des cascades, des façades de maison, alimentés par une batterie de 6V, qui est relié grâce à un branchement sur mon projecteur de 500000 candelas. Le tout est accompagné de cônes de lumière fabrication "maison", et de multiples gélatines prédécoupées de couleurs différentes adaptées à chaque lampe. Je dispose aussi de trois trépieds dont un MANFROTTO 055, et sa rotule 029, trois cellules d'auto-déchenchement, trois flashs de nombre-guides différents, deux de 50 NG et un 38 NG, et un flash-mètre pour mesurer mes différents éclairages aux flashs en studio. Au niveau des films, je travaille avec les films diapos 64 EPY T, et 50 VELVIA, type lumière du jour. Je n'emploie pas de traitement numérique, ni logiciel de retouche.


Vous avez animé une séance auprès d'enfants d'une école de Lozère, pour présenter cette technique et les images obtenues... Comment s'est déroulée cette intervention et quelles ont été les réactions des élèves?


photographieC'était assez difficile d'expliquer la peinture au flash à des enfants, surtout dans des classes différentes. La moyenne d'âge était autour de 6-8 ans. Pour les mettre dans l'ambiance, je leur ai d'abord montré mon press-book, pour qu'ils voient quelles images on pouvait réaliser, avec des lampes et des flashs dotés de filtres colorés. Les élèves ont commencé à s'intéresser aux résultats obtenus. Ils étaient assez surpris que l'on puisse faire des photos la nuit, avec des lampes de poche. Après avoir eu l'autorisation du directeur de l'école et de l'instituteur, je leur ai fait une démonstration de l'appareil photo et du matériel utilisé. On a fermé les volets pour être totalement dans l'obscurité, et j'ai commencé à faire une démonstration, pour montrer comment se comporte chaque lampe en ayant une couleur dessus, les flashs, et le projecteur haute puissance, qui est à manipuler avec précaution puisqu'il ne doit pas, même muni de filtre colorés, être dirigés vers les yeux des enfants. Ensuite, j'ai recueilli les impressions des élèves qui avaient été émerveillés en moins d'une demi-heure, et qui par la suite ont fait un devoir de rédaction concernant ma prestation.


Quels conseils donneriez-vous à un photographe qui souhaiterait réaliser ses premières "peintures au flash"?


photographieIl vaut mieux être méthodique, procéder étape par étape, et noter les paramètres des différentes prises de vues sur un dictaphone ou sur un carnet, comme quand j'ai commencé la première fois, à moins bien sûr d'avoir une mémoire d'éléphant. L'idéal est d'avoir déjà la photo en tête, de faire des repérages dans la journée, si c'est à l'extérieur, de faire des croquis d'élaboration pour les cadrages, souvent difficiles lorsque tout est plongé dans l'ombre, et de travailler en diapositive dès les premières prises de vues.

 

Chronique par Frédéric Brizaud

Site : www.photophiles.com

E-mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.