A+ A A-

American Justice


American Justice par Mark Velasquez
Cet article vous est proposé en partenariat avec www.uneimageunehistoire.com uiuh

American Justice

Été 2007. Quelques mois seulement après le scandale de la prison d’Abu Ghraib (Irak), où les soldats Américains prirent des photos de prisonniers Irakiens abusés et humiliés, j’ai atteint ma limite émotionnelle. Je me suis toujours tenu au courant de l’évolution de la situation, et ai été depuis le début contre la guerre en Irak ; alors voir un autre exemple d’inhumanité au nom du devoir militaire m’a poussé à faire un travail basé sur ma frustration.

Je me suis débrouillé pour réunir mes trois mannequins les plus maigres, chez moi, un dimanche, où elles ont enfilé des dessous blancs que j’avais achetés et se sont enduits d’huile. Elle ont enroulé leur poitrine dans du bandage médical que j’avais récupéré pour trois fois rien, puis nous avons embarqué dans mon camion, avec tout mon équipement, vers un endroit éloigné. Les filles partagèrent une cigarette pendant que je mettais en place mon jeu de lumières sur la route déserte. Quand je terminai, elles ont couvert leur tête avec des capuchons fabriqués à partir de drapeaux Américains. Graissées et en position, j’ai dit aux filles de ne plus bouger, et après 10 clichés, j’avais l’image que je voulais.

Bien que je devinais que le résultat final serait choquant et controversé pour certains, je sentais que cette photo serait  juste et bienfaisante. Je n’étais néanmoins pas prêt pour le flot de mails et de commentaires reçus sur ma page Internet. Certaines personnes ont vraiment ressenti dans cette photo toute la rage que j’avais sur cette abus de pouvoir, d’autres ont pensé que j’étais anti-américain et anti-patriotique. J’ai même reçu des messages me disant que je n’avais pas le droit d’utiliser le drapeau dans un contexte si dégradant, ce qui m’a bien fait rire compte tenu du fait que ces « patriotes » vantards et véhéments sont ceux qui veulent abroger des lois importantes comme la liberté d’opinion et d’expression.

Deux ans plus tard, j’ai été arrêté à la frontière entre le Canada et les États-Unis. Pour je ne sais quelles raisons, le garde-frontière ne m’a pas cru, me forçant à lui expliquer que j’étais un photographe en route pour un long voyage à travers le continent. Le garde, très sec, m’a demandé une preuve de mon identité et de mon histoire, alors j’ai montré plusieurs cartes professionnelles, qui présentent certaines de mes images. La carte avec cette photographie humiliante a rendu le garde furieux. « Vous pensez que c’est normal de recouvrir la tête de femmes à moitié nues avec le drapeau Américain ? » me demande t-il. Après un court instant d’hésitation, où j’ai pensé à toutes les réponses possibles, j’ai finalement lâché un petit « Hum… oui, je pense ». Il fit silence pendant un moment et me dit d’un air condescendant  : « Vous avez entendu parler du 11 Septembre, n’est-ce pas ? ».

Bien que cette image ne soit pas la meilleure techniquement parlant, elle reste très importante à mes yeux.

Texte et image : Mark Velasquez

http://www.markvelasquez.com/

A VOIR AUSSI : Safe par Andrea Russo  http://www.uneimageunehistoire.com/2011/04/safe-par-andrea-russo/

Cet article vous est proposé en partenariat avec www.uneimageunehistoire.comuiuh