A+ A A-

Valie Export

Valie Export
Question sur la condition féminine

Le travail de Valie Export s'exprime sur plusieurs registres, celui de la performance, de la photographie et de la vidéo, tous ces médiums alimentent son questionnement sur la position sociale de la femme. Son travail ne revendique aucune esthétique, la photographie est présente comme un moyen lui permettant de laisser une trace.

photographieLa photographe Valie Export s'interroge sur la place de la femme et son impact dans la société. Le statut du corps féminin dans l'image et dans la société, elle commence par changer d'identité et à inventer en Valie Export. Tout d'abord, elle fait un rapprochement avec l'image d'un paquet de cigarettes dont elle transforme l'image pour faire le glissement de Smart Export à Valie Export. Puis elle fait une autre série d'images sur son identité : Identity Transfert en 1968 où elle se décline dans différentes postures évoquant les rites féminins. Le procédé inaugure celui de Cindy Sherman qui se photographie dans de multiples façons. Cela renvoie au questionnement de la position de l'image de la femme sur le plan social et de son impact dans les médias, la culture.

A travers une série de photographies, où elle interroge la position du corps dans l'espace, elle expérimente son propre corps dans des espaces publics qui épouse la forme d'un composant architectural. Elle explore les nouvelles possibilités de se positionner dans l'espace. Elle se place toujours de manière à ce que son corps prenne forme avec l'espace architectural. Toute cette série remet en cause la position du corps féminin dans un espace public. Dans Round Into elle met en scène son corps le long d'une rampe d'escalier, dans Curve Into elle s'allonge à l'horizontale sur des escaliers, dans Lean In son corps fait quasiment un angle droit. Ce questionnement de la position du corps féminin dans un espace public fait également référence à l'œuvre d'Orlan qui mesurait le Centre National d'art et de la culture Georges Pompidou avec son corps. Valie Export explore son rapport à l'autre en devenant une machine à toucher. Dans l'œuvre Homometer II la série photographique montre le corps qui agit comme un vecteur de générosité en coupant une tranche de pain au passant.

Dans un dernier temps son perpétuel questionnement sur l'image s'oriente davantage sur l'espace et son enjeu dans une représentation iconique. Elle explore un mode de représentation à travers le support photographique sans faire de concession sur ses limites. C'est un jeu de répétitions d'un paysage de dune de sable dans Dune Landascape, qui donne tout le sens à l'œuvre. Dans Investigation ou perspective le sujet est fragmenté en plusieurs photographies de manière à ce qu'il y ait un rapport à la dimension qui soit pris en considération. Une échelle est photographiée en plusieurs fragments qui se juxtaposent les uns à côté des autres, ainsi elle interroge l'écart d'échelle entre les proportions réelles d'un sujet et celles données par le support photographique. D'une certaine manière cela évoque les photographies de David Hockney qui segmente également son sujet, de manière plus lointaine en faisant écho à la production cubiste. L'œuvre de Valie Export est sédimentée par une série de questionnements qui amorce tout un aspect de la production artistique du XX siècle.

Laurence Bagot

Infos pratiques

Du 12 septembre au 21 décembre 2003
Centre National de la Photographie
Hôtel Salomon de Rothschild
11 rue Berryer - 75 008 Paris
http://www.cnp-photographie.com

Pour en savoir plus sur l'auteur de cette rubrique

Chronique par Laurence Bagot

Mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.