A+ A A-

Louise Merzeau

Louise Merzeau et la réalité à fleur de peau.

photographieLa photographie fait partie intégrante de la vie de Louise Merzeau quelques soient les circonstances en voyage ou dans son quotidien. Elle porte un doux regard sur la réalité et plus précisément sur les variations de la lumière ou sur les changements de civilisation. La trivialité des choses paraît soudainement moins évidente et plus énigmatique. Ses yeux effleurent autant la texture de la matière que les subtiles échos des couleurs, ils s'éblouissent parfois face à une lumière étourdissante.

photographieLouise Merzeau a constitué un journal photographique d'une année à partir du mois de septembre 2000 et il se termine le même mois en 2001. Ce travail se situe au moment de  la frénésie et de l'essor de la vague Internet avec un foisonnement de projets artistiques qui consistaient à réaliser quotidiennement un journal photographique. La particularité de sa démarche réside dans le fait qu'elle manifeste une prédilection à l'égard des lieux, des espaces anodins, ce qui l'intéresse c'est la lumière qu'elle soit diurne ou nocturne, après un orage ou un lever du soleil. Ce sont "  les accidents de lumière ", tant d'intérieurs feutrés et sourds presque éteints que des éblouissement de la ville  qui apparaissent sur les lieux. Elle photographie rarement l'homme et lorsqu'il apparaît, c'est souvent à travers des traces, des résidus, une empreinte, un objet oublié, des ombres. Les lieux de transition, les façades, les interstices ont une présence déterminante, ils évoquent le passage de la vie. Louise Merzeau accorde plus d'importance au  non événement, à l'absence d'histoire. photographieDes espaces urbains, des parties à la campagne et des souvenirs de différents voyages en Inde et au Yémen où elle montre des éclatants sourire d'enfants, aux Etats-Unis, sont autant de fils conducteurs qui parsèment son journal. Chaque photographie est accompagnée de quelques mots, un soupçon de phrases. Il se dégage une poésie des petites choses de la vie à travers un pot de confiture ou des heures passées à lire dans un café. Tous les petits instants sont des grands moments de la vie. L'intégralité du journal a été récemment publiée aux éditions Descartes & Cie accompagnée d'un entretien avec Jean Baudrillard. Ces deux passionnés de photographie la questionnent en tant que médium et comme regard.

photographieDepuis le mois de novembre 2004, Louise Merzeau a repris la rigueur du journal qu'elle édite une fois par semaine chaque dimanche sur son site Internet www.merzeau.net. Elle a sensiblement modifié sa conception, elle réalise des photographies à partir d'une série de mots qu'elle a préétablie, il y en a sept comme les jours de la semaine. Il s'agit des verbes : Donner, Recevoir, Désirer, Faire, Perdre, Passer, Disparaître, cela commence avec la générosité puis se termine avec l'indicible. L'auteur situe d'emblée son travail de prospection d'images dans l'action. L'importance du mot et du verbe enrichit la photographie plus qu'il ne l'asservit dans la mesure où elle est davantage une surprise qu'une illustration. Lorsqu'elle publie une nouvelle série photographique elle ajoute des mots aux sept photographies qui font écho à la série de verbes de départ.

photographieLe voyage est également l'occasion d'avoir une production photographique dense qui est à la fois le souvenir et le reflet d'un regard sur le monde. D'ailleurs, elle a une production photographique très prolixe issue des ses multiples pérégrinations. Son site est donc ponctué d'images de ses nombreux voyages à travers le monde entier. Elle a mis récemment en ligne son carnet de voyage du Vietnam d'où se dégage une atmosphère si particulière.

Laurence BAGOT

Ressources Web 

Site Internet de Louise Merzeau :
www.merzeau.net

photographiePublication : Au jour le jour avec un entretien entre Louise Merzeau et Jean Baudrillard aux éditions Descartes & Cie en vente en librairie et à la Galerie Mamia Bretesché

Pour en savoir plus sur l'auteur de cette rubrique :

Chronique par Laurence Bagot
Mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.