A+ A A-

Marilia Destot

Marilia Destot : l'exposition Diaries

photographieMarilia Destot expose des extraits très poétiques de sa grande série Diaries. Cette poèsie est particulièrement liée au moment où elle réalise les photographies, elle est généralement hors de son quotidien, en promenade dans des instants  de rêverie et de contemplation du monde. Le temps de la prise de vue s’accomplit en pleine concentration presque dans un contexte de méditation. L’acte créateur s’effectue l’esprit libre lors de ses déambulations. Sa démarche est avant tout intuitive et improvisée.

photographieL’exposition DIARIES se décline en cinq séries, chacune associée à une tonalité de couleur et une époque de l’année : vert pour le printemps, bleu intense pour l’été, doré pour la fin de l’été, rouge pour l’automne, bleu-gris pour l’hiver. Une palette de couleurs à travers laquelle Marilia exprime sa sensibilité aux changements de saisons. Un paysage, une lumière, une atmosphère, la beauté sensuelle de la nature la saisit d’émoi. Ces éléments qu’elle contemple et qui la touchent, suscitent en elle ce désir de les saisir. L’exposition se déroule sous forme de diptyques lui permettant de réaliser des associations d’idées, de formes, de couleurs, de sonorités comme un poème. Les images se font échos mettant en évidence les jeux de présence et d’absence grâce au flou et au net, de proximité et d’éloignement avec le plan d’ensemble et le close up. Le flou met de la distance avec le réel, le motif transparaît seulement à travers des touches colorées. Parfois, l’image devient un quasi monochrome avec une discrète ligne d’horizon où se confondent ciel et mer où quelques taches brunes laissent entrevoir un baigneur. Les contours du sujet s’estompent dans l’immensité de l’espace. L’absence de profondeur de champ fait surgir un détail, une feuille rouge flamboyante tendue au spectateur.

photographieMarilia est sensible à la fragilité de la vie et de la nature. Le souffle du vent, une fleur de pissenlit, la grâce d’un geste, sont autant d’éléments sources d’inspiration et de fascination. Elle aime les grands espaces, la mer, la forêt où se déploient les lignes verticales infinies des arbres entrecoupées d’une lumière dorée qui pénètre un sous bois. Au détour d’un chemin surgissent des personnages au milieu de cette immensité comme dans un rêve. Ils semblent respirer la quiétude le regard songeur. L’être humain apparaît de plein pied ou plus discrètement par des fragments du corps. Sa présence peut être aussi une silhouette évanescente comme une apparition dans un lointain immergé presque noyé dans l’immensité. La couleur de leur vêtement est soit en symbiose soit en contraste avec leur environnement. Marilia a la souci du moindre  détail, elle travaille ses photographies également après la prise de vue ce qui lui permet d’obtenir une palette chromatique cohérente pour chaque série. Grâce au numérique, elle affine le rendu de l’image. Elle s’entoure du savoir faire de son compagnon coloriste Damien Van Der Cruyssen pour un étalonnage chromique de ses images. L’espace de l’ordinateur devient son atelier. photographieCependant elle reste fidèle à la réalité, révélant la beauté et la magie des choses. La couleur est sa préoccupation constante ainsi les images sont très picturales travaillées par nuance. Dans l’ensemble de sa photographie, notamment dans ses derniers portraits qu’elle intitule monochrome, un visage, un corps apparaissent dans une seule couleur dominante. Les photographies de Marilia sont des tableaux qui sont autant de fenêtres ouvertes sur le monde et dans la vie où le spectateur peut se plonger dans un imaginaire qui lui appartient.

Laurence BAGOT

Infos pratiques de l'exposition

DIARIES
Du 11 octobre au 26 novembre 2007
Galerie Agnès Martel - Morges - Suisse
http://www.mariliadestot.com

Pour en savoir plus sur l'auteur de cette rubrique :

Chronique par Laurence Bagot
Mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.