Welcome visitor you can log in or create an account

fb logo twitter logo  instagram logo ytb logo

A+ A A-

Gaël Fontana

Triturages

http://triturages.free.fr


Par : Frédéric Brizaud


Les logiciels de retouche d'image (Photoshop, Paint Shop Pro… etc.) permettent à leurs utilisateurs de faire un peu "tout et n'importe quoi". Certains, dont Gaël Fontana, s'efforcent de mettre ces outils au service de leur créativité comme en témoignent les images qu'il présente sur son site personnel http://triturages.free.fr.


Pouvez-vous vous présenter rapidement?


photographieEn faisant simple : je m'appelle Gaël Fontana, j'ai 29 ans, j'ai fait des études laborieuses jusqu'en 2nde où j'ai grâce à mes parents, pu m'orienter vers ce qui me passionnait vraiment : l'image.

J'ai passé mon CAP photo puis mon bac pro. J'ai ensuite trouvé un poste d'objecteur de conscience comme photographe dans une collectivité locale, qui m'a gardé comme salarié. Et puis, le temps et un emploi du temps beaucoup trop chargé, m'ont amené à me réorienter, provisoirement vers un autre métier, celui de webmestre.


J'ai donc commencé par faire mon site perso puis je me suis ensuite intéressé aux différents outils liés au net. La photo numérique reliait deux de mes centres d'intérêt, c'est donc naturellement que je m'y suis intéressé. Les nouvelles possibilités qu'offrait le numérique m'ont permis de tester des choses que je n'aurai pas testées avec l'argentique.


C'est là qu'est né Triturages, grâce à une pochette d'album qui utilisait le montage de plusieurs images. Ce site n'a pas la prétention d'être novateur, d'autres, avant moi, ont déjà utilisé ces techniques (David Hokney par exemple) mais j'essaie d'approfondir mes recherches en y mettant un peu plus de ma "personnalité".

Je reste cependant très attaché à l'argentique : selon moi les deux techniques sont complémentaires.


Vos photos semblent être des montages réalisés à partir d'une photo unique. Pouvez-vous nous parler de votre technique?


photographieLes montages sont en réalité réalisés à partir de plusieurs photos. Pour les photos, d'extérieur par exemple, je repère un endroit que j'ai envie de "triturer" et je me poste à un endroit précis. A partir de ce moment là, le but est de bouger le moins possible. Ensuite je décompose l'ensemble du lieu. Je commence par le haut à droite, je prends des repères visuels entre chaque image et je déclenche en décalant l'appareil en fonction de mes repères.


Ma dernière image, celle d'un jardin d'un pavillon de banlieue, se compose de plus d'une centaine de photographies, 128 pour être exact, prises au même moment, du même endroit.

Ensuite vient le travail sous Photoshop. Il faut réunir toutes les images sur un calque puis les assembler. La difficulté réside dans le nombre de calques (qui implique un poids important) et surtout dans leur position les uns par rapport aux autres. La dernière phase du travail consiste à corriger les dominantes, les densités et les contrastes ; souvent, même si les images ont été faites au même moment, la plupart des photos n'ont pas le même équilibre.


Toutes les photos sont faites au numérique, pour une question financière, pratique et pour échapper à la phase de numérisation des images. La technique est la même pour les portraits et les intérieurs.


Les seules images, dans la rubrique corps, qui ont une technique différente, sont les deux premières (mainsonia.jpg et deprime.jpg). Là il s'agit d'une seule image, sur laquelle j'ai copié des morceaux que j'ai ensuite modifiés (agrandissement ou rétrécissement, densité en plus ou en moins… etc.)


En regardant votre travail, on a parfois l'impression de traverser une galerie de glaces déformantes. Est-ce une façon d'exprimer votre vision du monde?


Les premières images que j'ai faites sont des portraits et des autoportraits. Je suis très irrité par les modèles de beauté qu'on veut nous imposer. C'était une volonté de créer des sortes de quasimodo, presque pour dire que la beauté n'est pas là où certains la voient et qu'il peut y avoir une grande beauté dans la "laideur".

Pour le reste...c'est possible que ça soit mon coté "punk" qui parle :))


Pouvez-vous nous parler de votre expérience sur la symétrie du visage dans votre rubrique Corps ?


photographieC'est en lisant un article sur le visage, expliquant justement le manque de symétrie de celui-ci, que j'ai voulu essayer. Sitôt dit, sitôt fait, il m'a fallu 15 minutes pour faire un portrait au numérique, puis le passer sous Photoshop pour le rendre symétrique. Le premier portrait était un portrait de 3/4, les rendus des 2 nouveaux "portraits" (1 avec deux côtés droits et 1 avec deux côtés gauche) était plutôt hilarant.


D'après cette idée, j'ai voulu creuser et plutôt que de "relier" des parties du même visage, j'ai voulu fusionner des frères ou des soeurs. C'est ce que j'ai commencé à faire, mais j'ai découvert le travail de Yannick Monnier, qui sans passer par Photoshop, et en faisant tout à la prise de vue (en argentique) faisait un travail exceptionnel sur la "Fusion filiale". J'ai beaucoup de photos en stock de travail sur les différences ou la symétrie des visages, mais je n'ai pas encore abouti ma réflexion.


Et enfin avez-vous des projets en cours dont vous souhaiteriez nous parler ?


Je suis en ce moment en train de "finir" ma rubrique musique, qui, un peu à l'inverse du reste, est assez rigide.

J'essaye actuellement de travailler le mouvement de nuit, le mouvement des humains.


Mais d'une manière générale, je n'ai pas trop de projets construits, je fonctionne par lubies. Triturages était et est toujours, un site défouloir, c'est peut être le site où j'ai la sensation de "m'exprimer" le plus, je ne me fixe donc aucun objectif précis. Dès qu'une idée me traverse la tête, j'essaie :)

 

Chronique par Frédéric Brizaud

Site : www.photophiles.com

E-mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.