Welcome visitor you can log in or create an account

fb logo twitter logo  instagram logo ytb logo

A+ A A-

Serge Vincenti

Serge Vincenti

http://www.sergevincenti.com 

Par : Frédéric Brizaud


Ce mois-ci nous nous sommes intéressés au site du photographe Serge Vincenti. Serge Vincenti nous touche par sa profonde humanité aussi bien dans ses propos que dans ses photographies. Il a récemment mis en place sur son site internet un projet intitulé "Itinéraire d'un photographe". Il photographie une personne et lui pose trois questions, puis cette première personne lui "envoie" un ami, qu'il photographie en lui posant les trois mêmes questions et ainsi de suite. Il présente ainsi sur son site huit chaînes différentes, mises à jour au fur à mesure de l'avancement du projet. Nous l'avons interviewé pour en savoir un peu plus.


Vous avez vécu quelques années en Bolivie, de quelle manière cette expérience a-t-elle influencé votre travail de photographe?


photographieMon séjour de 7 ans en Bolivie m'a permis de trouver le juste équilibre entre différentes formes de photographie.

- celle qui nourrit ; des catalogues de fringues, des travaux pour les institutions internationales, … etc.
- celle qui a du sens ; un travail de fond sur la vie sociale et un projet d'un an et demi mené à terme avec un groupe d'enfants des rues en "réhabilitation".
- celle qui m'a permis de laisser libre cours à mon imagination ; mon travail sur la danse, sur les portraits d'artistes.

J'ai maintenant un recul d'un an sur ce travail. Trois livres ont été publiés là-bas. J'aimerais les synthétiser pour en réaliser un ici, mais sans empressement, je sais ce qu'il manque, je sais quoi éliminer, j'aimerais en approfondir quelques aspects, l'avenir répondra pour moi.


Sur votre site, vous avez mis en place un projet intitulé "Itinéraire d'un photographe" pouvez-vous nous en expliquer le concept ?

photographieVous aurez certainement remarqué en consultant mon site que je suis plus un " photographe" de gens que de paysages ou d'abstraction. Il s'agit avant tout d'un itinéraire de rencontre, la photographie permet cela, entre autres choses. J'aime l'idée de cette chaîne, la surprise d'entendre : "voilà, je m'appelle untel, j'aimerais poursuivre la chaîne d'untel". Avec le rêve secret qu'un jour deux chaînes se croisent.


Vous photographiez des gens et vous leur posez trois questions : "Vous êtes président du Monde, quelle est votre première mesure ?", "Une fée vient chez vous ; vous avez le droit à un vœu, lequel ?","De quoi avez-vous peur ?". Que représentent ou symbolisent pour vous ces trois questions?

La première :

photographieJe crois à la responsabilité individuelle, je pense que c'est la seule à prendre en compte. Comment modifier le monde sans prendre, chacun à son niveau, une décision qu'on juge essentielle. Je parle d'une "mesure", de quelque chose de très concret, pas d'une déclaration d'intention. La déclaration, si généreuse soit-elle, est stérile. La mesure est une action, avec ses conséquences, bonnes ou mauvaises, mais en tout cas elle engage.

La seconde :

Si vous me promettez que l'idée ne vous a jamais traversé l'esprit, je vous invente une réponse.

La troisième :

Elle est plus lourde. Je crois fondamentalement que la peur est la raison primordiale du chaos. Peur de mourir, bien sur, avec toutes les peurs qui en découlent, qui nourrissent les individualismes et le repli sur soi.


Que répondriez-vous à vos trois questions ?

1. Interdiction, pour toute entreprise, de dépasser 300 employés

2. D'être un peu moins ignorant chaque jour

3. De mon ignorance

 

Avez-vous d'autres projets en cours dont vous souhaiteriez nous parler ?


Le retour - non choisi - en France est difficile au niveau professionnel. Mon rêve serait de redevenir un photographe amateur. Et d'avoir du temps pour étudier le travail des peintres. Photographier des familles, chez elles. Continuer le travail sur le corps. Je continue de vivre d'une certaine forme de photographie, "belle" à défaut d'être "bonne". Déclencher, cadrer, affûter le regard, et l'esprit. Donner à connaître la sensibilité de Louise Merzeau, le sens de la lumière de Philippe Pache, et l'exceptionnel travail sur les mineurs de Bolivie de Jean-Claude Vicky


Chronique par Frédéric Brizaud

Site : www.photophiles.com

E-mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.