A+ A A-

Orangs-Outans


 Orangsoutans par Anne Quoidbach  Orangsoutans par Anne Quoidbach  Orangsoutans par Anne Quoidbach  Orangsoutans par Anne Quoidbach  Orangsoutans par Anne Quoidbach
 Orangsoutans par Anne Quoidbach  Orangsoutans par Anne Quoidbach  Orangsoutans par Anne Quoidbach  Orangsoutans par Anne Quoidbach  Orangsoutans par Anne Quoidbach
 Orangsoutans par Anne Quoidbach  Orangsoutans par Anne Quoidbach  Orangsoutans par Anne Quoidbach  Orangsoutans par Anne Quoidbach  Orangsoutans par Anne Quoidbach
 Orangsoutans par Anne Quoidbach  Orangsoutans par Anne Quoidbach  Orangsoutans par Anne Quoidbach  Orangsoutans par Anne Quoidbach  Orangsoutans par Anne Quoidbach

On  ne peut pas les appeler des singes, ils forcent le respect, ce sont des orangs-outans, du malais  « homme de la forêt », et quand je les observais, j’avais l’impression d’être avec des potes… Conscients de leur déclin, quelques indonésiens organisent des centres de secours et les réintroduisent dans le monde sauvage. Dans les parcs naturels, des rangers leur apportent quotidiennement de la nourriture pour les aider. Nous avons eu la chance d’assister à ces moments, qui nous ont permis de les côtoyer.
Des regards doux et tendres, de la grâce dans leurs déplacements, ils sont vraiment magnifiques quand on les voit surgir de la forêt mais ils sont hélas décimés par la déforestation.
Leur reproduction est lente, une mère peut avoir un petit tous les 7 ans à l’état sauvage (5 ans en captivité), elle garde son petit avec elle plusieurs années.
La culture des palmiers à huile provoque la destruction des forêts indonésiennes et entraîne l’extinction des orangs-outans entre autres (1/3 de la population de Bornéo a disparu).
A travers ces photos, nous voulons vous sensibiliser sur la consommation de l’huile de palme omniprésente dans les aliments industriels. Redoutable pour la santé, c’est un fléau pour l’environnement à cause du déboisement que cela entraîne.
Du poisson pané au lait pour bébé, des chips aux biscuits du goûter des enfants, présente aussi dans les cosmétiques, cette huile est la plus consommée au monde.
Elle favorise l’infarctus en provoquant des dépôts de graisse dans les artères.
Pour leur sauvegarde, et participer de manière individuelle au respect des forêts choisissons scrupuleusement ce que nous consommons.
Protégeons-les… Protégeons-nous…

http://www.lfpo.fr/for_indon/

En savoir plus sur l'auteur de cet article

Texte et photos par Anne Quoidbach

Site Internet :
Email : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Site :  http://a.n.n.e.free.fr/