A+ A A-

Les Pralins : USA-MALAISIE

USA MALAISIE USA MALAISIE USA MALAISIE USA MALAISIE USA MALAISIE
USA MALAISIE USA MALAISIE USA MALAISIE USA MALAISIE USA MALAISIE
USA MALAISIE USA MALAISIE USA MALAISIE USA MALAISIE USA MALAISIE
USA MALAISIE USA MALAISIE    

USA

…on the road again !

3 Avril 2010

N’en jetez plus la cours est pleine ! Plus de 150 jours sans donner de nouvelles, franchement, là, j’exagère…mais voilà, la vie a ses cycles et notre voyage est une tranche de vie qui en suit les mêmes lois. J’étais dans un cycle d’hibernation, d’introspection nécessaire. Mais maintenant l’ours sort de sa caverne pour regarder au loin vers le soleil levant ! La deuxième partie de notre voyage commence par l’Asie du sud est, et actuellement nous sommes sur l’île de Tioman en Malaisie pour attendre que la croisière de notre camping car ” Los Angeles-Singapour “ veuille bien se terminer pour que l’on puisse reprendre du service !

Mais avant d’en arriver là, le 2 mars dernier, Nell et moi sommes partis de Durango avec le camping car pour l’amener au port de Los Angeles. Deux jours de voyage traversant les états de l’Arizona, du Nevada et de la Californie. Nell était contente de vivre cette expérience avec moi. Et en plus c’était beau.

Une fois le camping car au port, les formalités douanières remplies et ce n’est jamais simple, surtout que pour les douanes américaine le camping car n’est jamais rentré sur leur territoire alors exporter un véhicule fantôme ça a posé des problèmes !! il était temps de revenir au ranch dans le Colorado.

Alors pour vous nous avons essayé les bus ” Greyhound “. Un mythe pour les voyageurs qui veulent sillonner les US en long et en large. Mais le mythe tombe vite quand on passe 26 heures assis dans un bus avec des sièges qui ont déjà transporté des tonnes de passagers ! Qui de plus, s’arrête partout de jour comme de nuit…Nell s’en rappellera !

J’ai voulu échanger mon camping car contre son camion mais le chauffeur a rigolé, je me demande pourquoi ?

Trois semaines après nous partions enfin pour Singapour en avion depuis Los Angeles. L’avion étant le soir très tard, nous sommes arrivés en début d’après midi à Los Angeles (avec une voiture de location depuis Durango) pour revoir un ami qu’on avait pas vu depuis 7 ans. Alors mesdames, fans de ” Les feux de l’amour ” vous devez certainement reconnaître le bel avocat de cette série TV, à côté de Sophie (pas le petit blond en bas de la photo !), qui a fait frémir toute une génération ? N’empêche qu’il est très sympa alors si vous voulez son e-mail…

Mais il était temps de partir, et après plus de 14 heures dans l’avion nous avons fait un stop over à Hong Kong d’une journée, histoire de manger nos premiers dim sum (raviolis à la vapeur). Le lendemain, vol pour Singapour et trois jours après 4 heures de bus et 2 heures de ferry pour arriver sur l’île de Tioman.

Pour vous réchauffer du beau temps que vous avez en France (sic) je vais bientôt mettre des photos de l’endroit où nous sommes…par pure compassion !

MALAISIE

2 Mai 2010

Nouveau continent, nouveau rythme. Et c’est rien de le dire ! Déjà un mois que nous circulons en Malaisie et, pauvres montagnards que nous sommes, nous avons vraiment du mal à nous adapter à la température ambiante. Mais je crois qu’il va falloir que l’on s’y fasse pour les quatre prochain mois…
J’ai équipé le camping car de 5 ventilateurs qui marchent 24h/24H, sans ça dormir ne serait qu’un vague souvenir. Et encore, cela ne fait que remuer l’air chaud !
Enfin on va arrêter d’en parler mais qu’est-ce que l’on regrette nos bivouacs en Patagonie…

En attendant de retrouver notre compagnon de voyage nous sommes restés sur l’ïle de Tioman, en Malaisie. Les enfants ont bien profité de la mer et nous avons fait connaissance de la faune locale !

Le camping car est arrivé intact après un mois en mer. Le sortir du port a été facile, contrairement au Guatemala, mais comme il est interdit de rouler à Singapour avec un camping car j’ai du le faire remorquer jusqu’en Malaisie. Ce n’est qu’à 45 mn mais cela suffit pour faire mal au porte monnaies. De la frontière je suis allé récupérer le reste de la troupe qui arrivait par bateau de Tioman à Mersing, et nous voilà enfin repartis sur les routes.

Première étape Malaka, ville coloniale sur la côte ouest où les Hollandais et Portugais ont tour à tour laissé leurs empreintes. Et si vous ne savez pas comment détordre une roue de tuk tuk, il suffit juste d’être quatre et le tour est joué !

En tout les cas, le must de Malaka c’est les “chicken rice ball”, on a essayé et c’est bon. Jusqu’à maintenant, la cuisine locale ne nous a pas laissé un souvenir impérissable. Difficile de trouver autre chose que du riz et des nouilles et surtout que tout est épicés, pour les enfants c’est dur. De ce côté là on est un peu déçu, on attend de voir comment nos papilles gustatives vont se comporter en Thaïlande.

De Malaka nous sommes allés directement à Kuala Lumpur, KL pour les intimes. Et bien entendu on ne pouvait pas manquer d’aller voir les tours jumelles les plus hautes du monde, les Petronas Towers. Sur la photo, deux paires de jumelles ! Mais voilà, la chaleur nocturne (désolé d’en reparler) nous a terrassé et pour le soir suivant nous avons préféré faire un détour et aller en montagne dormir à 2000m. Oui oui, il y a des montagnes en Malaisie ! Après une bonne nuit de sommeil sous la couette, nous avons pris la direction des Cameron highlands.

Cet endroit pourrait s’appeler le potager de la Malaisie. Situé à plus de 1600m d’altitude (un vrai bonheur !) on trouve beaucoup de différentes cultures de légumes et surtout des champs de fraises. C’est aussi ici que se situe les plantations très connues de thé “Cameron highlands”. La Malaisie est un vrai mélange de différentes religions et de croyances. Musulmans, Catholiques, Indous et Bouddhistes se côtoient sans problèmes apparents. Il est assez rare de trouver un pays avec autant de diversité. Un modèle ?

On était bien là haut mais il fallait redescendre…
Depuis peu il faut un visa pour rentrer en Thaïlande par voie terrestre, sinon ils vous délivrent un visa de transit de 15 jours à la frontière. Trop court. Nous sommes donc passés à Penang, une grande île au nord ouest de la Malaisie pour faire nos visas de 60 jours au consulat Thaïlandais. Une fois ces formalités remplies, en avant vers la Thaïlande !

Texte et photos : Adrien Duvillard
Retrouvez les Pralins sur leur blog :
www.lespralinsautourdumonde.com

Cartes et Itinéraire des Pralins autour du monde : 

MALAISIE : 

Données générales

La Malaisie (Malaysia; Jawi : مليسيا ), anciennement Fédération de Malaisie, est un pays d'Asie du Sud-Est, constitué de la Malaisie péninsulaire ou Malaisie occidentale (péninsule Malaise) et de la Malaisie orientale (nord de Bornéo). Elle est située à environ 200 km au nord de l'équateur. Sa capitale est Kuala Lumpur et sa superficie est égale à 329 750 km2.

L'utilisation du nom de « Malaisie » pour désigner la péninsule Malaise est récente. Ce nom est la francisation de Malaya dans l'expression « British Malaya » (Malaisie britannique) de laquelle les Anglais désignaient, à partir de la fin du XIXe siècle, les territoires qu'ils contrôlaient sur la péninsule.

Jusqu'en 1912, le nom de « Fédération de Malaisie » ne s'appliquait qu'à l'entité créée en 1946-48 par les Britanniques et devenue indépendante en 1957, « l'Union malaise » (Malayan Union). Celle-ci regroupait, dans la péninsule Malaise, les États malais, qui avaient auparavant le statut de protectorats, et les Strait Settlements, c'est-à-dire les colonies de Malacca, Penang et Singapour.

Lorsque les territoires britanniques de Bornéo, Sabah (British North Borneo) et Sarawak deviennent indépendants en 1963 et acceptent de rejoindre la Malaisie, la nouvelle entité est baptisée du néologisme de « Malaysia ».

En français, « Malaisie » avait à l'origine un autre sens. En 1831, Jules Dumont d'Urville proposait à la Société de géographie de Paris une organisation de l'Océanie en quatre parties :

Par ce dernier nom, Dumont d'Urville entendait une région regroupant l'Indonésie, la Malaisie et les Philippines actuelles. À l'époque en effet, on considérait que les habitants de cette région pouvaient être désignés par le terme englobant de « Malais ».

Au sens strict du terme, les Malais sont les populations qui parlent la langue malaise et qui habitent le littoral oriental de l'île de Sumatra, les îles Riau, la péninsule Malaise et le littoral de l'île de Bornéo.

Le traité de Londres de 1824 entre Anglais et Hollandais se traduira par un partage en deux de ce monde malais. On ne saurait donc identifier celui-ci à la seule Malaisie.

Pour éviter la confusion, on utilise le gentilé « malaisien » pour désigner ce qui relève de la Malaisie comme État, le mot « malais » désignant ce qui relève de la langue, de la culture, de l'ethnie, et couvrant donc un territoire plus vaste. Ainsi, l'expression « monde malais » au sens strict désigne l'aire géographique habitée par les Malais et décrite plus haut.

Le pays est composé de deux régions distinctes :

  • La Malaisie occidentale ou Malaisie péninsulaire (au sud de la Thaïlande) est divisée du Nord au Sud par une longue chaîne montagneuse dont le point culminant se situe à 2189 m (Mont Tahan) et où subsistent de vastes zones forestières. La côte Ouest est marécageuse et plate, la côte Est est, au contraire, composée de longues plages de sable. Les cultures et plantations sont d'abord situées le long des plaines côtières. Le Nord du pays (Perlis et Kedah) est considéré comme le grenier à riz du pays.
  • La Malaisie orientale est composée des territoires du Sarawak et du Sabah et située au Nord de l'Indonésie (Bornéo). Cette partie représente 15 % de la population sur 60 % du territoire. Elle est essentiellement composée de forêts tropicales humides et d'un relief assez élevé (mont Kinabalu, 4100 m).

La Malaisie partage ses frontières terrestres avec le Brunei (381 km), l'Indonésie (1178 km) et la Thaïlande (506 km), et dispose de 4675 km de côtes. Elle est également reliée à Singapour par deux ponts traversant le détroit de Johor.

Source : wikipédia.