A+ A A-

Araki

Araki

Par Eric Janvier 

Le sexe ou la mort!

"On ne peut pas ficeler les âmes. Elles sont intouchables"
ARAKI

photographieDiplôme en poche, il est embauché comme cameraman par l'agence de publicité Dentsu.
Brisant les tabous de la société japonaise, il expose dès 1970 une série d'images de sexes féminins en gros plan : " Manifesto of Sursentimentalism 2 ".

L'année suivante, son voyage de noces avec Yoko dans les îles Okinawa marquera pour lui le début de sa véritable naissance à l'image. Il n'a de cesse de déclencher pour immortaliser leur union et le corps de sa femme sera inlassablement "ausculté " par son objectif : ces photos aussi intimes qu'explicites seront rassemblées dans le roman" Sentimental Journey ".
Certains de ses clichés portent la date anniversaire des bombardements sur Hiroshima et Nagasaki ou de la fin de la Seconde Guerre Mondiale. Ces événements tragiques ont à jamais marqué l'enfant qu'il était alors et contribueront à révéler une certaine morbidité dans sa transcription du réel.
Le magazine S&M Sniper publie ses représentations de femmes ficelées et l''édition nipponne de Playboy celles de prostituées américaines. On y relate aussi l'admiration d'Araki pour Lartigue, Diane Arbus, Walker Evans, Robert Frank, Man Ray et Nan Goldin.
Il sort également son premier film : " Pseudodiary : High School Girls ".


photographieLa terrible maladie qui emporte celle qu'il a adulée et photographiée jusque sur son lit de mort va désormais bouleverser son parcours initiatique : Araki va ainsi mitrailler les entrailles de Tokyo pour tenter d'exorciser sa souffrance.
Poursuivi par la censure, il refusera de participer en 1994 à la Biennale de Venise et préférera monter sa première pièce de théâtre : Equinoxe.
Il va continuer à s'adonner avec frénésie à sa passion en réalisant des macrophotographies de fleurs, métaphores sur le sexe et la mort, et cultiver ses autres thèmes de prédilection : sa vision de la capitale, les nuages et les femmes, encore et toujours.

" Mes yeux voudraient rentrer à l'intérieur de l'utérus…". Celui qui a enlevé Yoko ou celui qui lui a donné la vie ?
Araki travaille aujourd'hui avec Björk et Issei Myake, et, à 60 ans, il est adulé comme une pop-star !

Points de repère :

"1940 : Le 25 mai, Araki voit le jour à Minowa, un quartier populaire de Tokyo
"1959 : Il entre à l'université de Chiba.
"1964 : Il remporte le prix Taiyo pour "Satchin", une série de clichés sur les enfants de la ville.
"1968 : Il rencontre Yoko Aoki, qu'il épousera trois ans plus tard.
"1979 : L'exposition "Japan, a self portrait" lui ouvre les portes de New-York.
"1990 : Son épouse Yoko meurt d'un cancer à l'age de 42ans.
"1992 : Araki est condamné à une amende de 300 000 yens pour pornographie.

Sources :

Bibliographie sélective :

Araki (Editions Nathan-Photo Poche) Araki Mythologie (Editions Images Modernes) Sexual Desire (Editions Stemmle) Tokyo Love (Editions Scalo)
Tokyo Lucky Hole (Editions Taschen)

DVD :
Contacts volume 2 : Le renouveau de la photographie…(Arte Video)

Sur Internet :

www.artefrance.fr
www.photographie.com
www.arakinobuyoshi.com (site en japonais)
www.photology.com

Pour en savoir plus sur l'auteur de cette rubrique :

Chronique par Eric Janvier
Photographies d'auteur
Site : http://www.ericjanvier.net/
E-mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.