A+ A A-

August Sander

Par Roland Quilici

Retrouvez les livres de photographie de ou sur  August Sander, sur l'espace shopping.

photographie

August Sander est né à Herdorf (Siegerland), en Rhénanie Palatinat le 17 novembre 1876 dans une petite localité des environs de Cologne en Allemagne.

Fils d’August et de Justine Sander, il est le quatrième et unique garçon d’une famille de neuf enfants. Son père exerce la profession de charpentier dans une mine.

Après avoir fini l’école obligatoire, en 1890, à treize ans il travaille dans la mine familiale «San Fernando» comme garçon de terril, pendant sept ans.

Heinrich Schmeck, un photographe qui travaille pour la société d’exploitation de la mine, lui fait entrevoir l’usage de la photographie, il devient son assistant.

1892, son père, et l’un de ses oncles, l’aident à se payer une chambre photographique de format 13 x 18 cm. Il s’aménage une chambre noire, et découvre la pratique du tirage photographique le soir durant ses moments de loisir. De 1897 à 1899, lors de son service militaire, il devient l’assistant de Georges Jung (photographe) à Trèves.

Il étudie la peinture à Dresde entre 1901 et 1902, ce qui lui permet de découvrir l’aspect artistique lié à la photographie.

Son intérêt pour le médium grandit au fur et à mesure de son apprentissage qu’il effectue à  Berlin, Magdeburg, Halle et Dresde entre 1898 et 1899.

1901 il quitte l’Allemagne, et se rend à Linz en Autriche.

Il travaille au Studio Graf, et officie comme premier opérateur, puis un an plus tard, s’associe avec Franz Stuckenberg, dans un  studio qui s’appelle désormais «Sander & Stuckenberg». 1902,il se marie avec Anna Seitenmacher en septembre .

1903 il se voit décerné une médaille de bronze lors de l’exposition photographique régionale de Linz. Sa femme donne naissance à son premier fils Erich.

1904, il rachète le studio qui s’appelle désormais Studio d’art Pictorial de Photographie et de Peinture. Certaines de ses photos couleurs sont achetées par le musée de Leipzig.

1906 sa première exposition compte une centaine de photographies au pavillon Landhaus à Linz.

1907 naissance de son deuxième fils Gunthert.

Il vend son studio en 1909 et retourne à Cologne chez «Blumberg & Hermann», avant d’ouvrir son propre studio à Lindenthall, dans la banlieue de Cologne, en 1911 (Dürener Strasse 201).

C’est en photographiant les paysans du Westerwald, sa région natale, qu’il a l’idée d’un projet photographique d’envergure qui va occuper toute sa vie.

photographie

Il se consacre à la photographie couleur, pour laquelle il acquiert une grande expertise, et une notoriété non négligeable. L’obtention d’une médaille d’or à Weis, puis une autre distinction à l’exposition des arts décoratifs au Grand-Palais, à Paris, en atteste. Son style évolue, il délaisse progressivement  le style pictorialiste, et les techniques de la gomme bichromatée, pour évoluer  vers une photographie plus détaillée. Il cesse de vouloir être un photographe d’art.

1911, sa femme lui donne des jumeaux, Helmut décède, seul Sigrid sa fille survit.

1914, il expose au Deutsches Werkbund de Cologne, et se retrouve enrôlé comme soldat dans la «Landsturm» (l’armée de réserve). Sa femme Anna s’occupe de ses trois enfants, et tient le studio, en faisant des portraits de soldats jusqu’au retour de son mari en 1918.

1919, il prodigue un enseignement photographique à des apprentis et à des élèves.

Dans les années 20, il se lie d’amitié avec Franz Wilhelm Seiwert, Heinrich Hoerle,  et d’autres peintres marxistes. Il partage les convictions des «Progressistes de Cologne».Il se lie d’amitié avec Otto Dix, peintre qui dépeint la société avec sarcasme. En plus de ces travaux commerciaux et industriels, il poursuit son projet photographique, puisant ses sujets dans ses relations, ainsi qu’auprès de sa clientèle, pour ce qui se veut la typologie des allemands de la république de Weimar, sous le titre d’ «Hommes du XXème siècle ». Il classifie le monde en quarante-six catégories, de douze clichés, partagés en sept groupes selon les différentes classes sociales, pour composer cette documentation. On  trouve ainsi « les paysans », « les artisans », « les femmes », « les catégories socioprofessionnelles », « les artistes », « les grandes villes » et « les autres hommes » qui incluent les idiots, les malades, les fous, les mourants, les vétérans, les clochards, et les gitans.

La caractéristique principale de son style, est d’enregistrer les personnes avec la plus grande neutralité, en cadrant le ou les sujets de face, sans ajouter le moindre artifice. Ses sujets sont présentés en studio, en intérieur, ou en extérieur. Son projet initial comprend 619 clichés.

1927, il voyage en Sardaigne, avec Ludwig Mathar (écrivain et poète), durant trois mois, et prend plus de cinq cent clichés. Plus tard dans l’année, il expose 60 photographies au Palais des beaux-arts de Cologne. Cette présentation lui permet de trouver un accord avec l’éditeur Kurt Wolff, qui publie des livres sur la totalité de son travail. Le premier de ses livres, intitulé Antlitz der Zeit, «Visages de ce temps»,  est publié en 1929, avec une introduction d’Alfred Doblin. Son style a évolué, et s’apparente désormais au courant de la «Neue Sachlichkeit», la Nouvelle Objectivité, apparue dans les années 20. «Je ne hais rien tant que les photographies édulcorées, remplies de minauderies, de poses et d’afféteries».

Sander donne une série de six entretiens radiophoniques à la «Westdeutsche Rundfunk» qui  à beaucoup de succès, avec pour thème «La nature et l’avènement de la photographie» en 1931. A partir de cette date, l’arrivée d’Hitler commence à avoir des répercussions sur son travail. Ses photographies reflètent une Allemagne cosmopolite, qui ne correspond pas aux types aryens prônés par le régime nazi et ses nombreux portraits d’intellectuels, d’artistes et de peintres, dont certains sont juifs lui valent rapidement la censure.

photographie

1934, les nationaux socialistes ordonnent la saisie des plaques d’imprimerie de Visages de ce temps qui sont détruites. Les cinq cent négatifs sont confisqués par le Ministère de la culture (propaganda staffe). Erich son fils étudiant, et activiste communiste est dénoncé. Arrêté, il est emprisonné, et meurt en détention, dans d’obscures circonstances à Siegburg en 1944, avant la fin de sa peine de dix années d’emprisonnement.

Entre 1933 et 1934 cinq livres issue de la série "Terre Allemande, Peuple Allemand" sont publiés. La désapprobation des Nazis l’oblige à cesser son travail sur les « Hommes du XXe siècle ».

De 1933 à1937, plusieurs cahiers présentant chacun une région allemande sont publiés, sous le titre, «Deutsche Menschen», Peuples Allemands. Ses portraits de paysans du Westerwald présentent un grand nombre d’agriculteurs, ou d’artisans. Ses photographies abordent différents thèmes qui vont du portrait à l’architecture, en passant par des études sur la nature et le paysage. Entre 1939 et 1945 Sander tire des épreuves de soldats morts à partir de négatifs fournis par les familles, pour subsister. Malgré l'interdiction de poursuivre sa recherche sur la vie allemande, il continue à photographier.

Au moment où la Deuxième Guerre mondiale éclate, Sander parvient à sauver quelques quarante mille négatifs, dans la cave de sa maison de Cologne. Durant la guerre, il lui est rapidement impératif d’entreposer ses archives photographiques, dans un lieu sûr. C’est pourquoi, il choisit de s’installer à Kuchhausen, un petit village situé entre Hennef et Altenkirchen. Malgré ses précautions, en 1944, son studio de photographie et son appartement sont la proie d’un bombardement, et 50 000 épreuves sont détruites par les Nazis. Sander retourne vivre à Kuchhausen, après la destruction de son atelier, et se consacre alors à la photographie de paysages de sa région natale, ainsi qu’à la documentation de la ville de Cologne. Par malchance, ce sont ensuite trente mille négatifs entreposés dans la cave de son appartement de Cologne, qui disparaissent dans un incendie, en 1946.

Avec une grande obstination, il continue de travailler dans des conditions précaires, totalement oublié, avant que L. Fritz Gruber, responsable de la Photokina (manifestation photographique) ne lui achète des images pour les montrer au public en 1951. Edward Steichen, alors directeur du MOMA de New-York, l’institution muséale photographique américaine la plus importante, vient en personne choisir 45 portraits, dont certains figurent à l’exposition «The Family of Man» qui a lieu en 1955.

Les photographies réalisées par Sander sur la ville de Cologne «Kol, wies es war», «Cologne t’elle qu’elle était» contenant 412 agrandissements, ainsi que les négatifs sont vendus à la ville de Cologne, en 1953.

Sa femme, Anna  meurt le 27 mai 1957 à Kuchhausen. Sander est nommé membre honoraire de la Société Photographique allemande en 1958, institution qui lui consacre une importante exposition l’année suivante.

1962 publication de l’ouvrage  « Deutschenspiegel», miroir de l’Allemagne.

August Sander décède à 87 ans des suites d’une crise cardiaque dans une clinique de Cologne le 20 avril 1964, laissant une œuvre inachevée.

Il faut attendre 1969, pour que le MOMA de New-York présente une rétrospective posthume de son travail, et 1980, pour qu’un ouvrage présente l’intégralité de ses photographies.

August Sander. Menschen des 20. Jahrhunderts, Munich: Schimmer/Mosel, 2001.
August Sander: hommes du XXe siècle, analyse de l'œuvre, Paris: Ed. de la Martinière, 2002.
Catalogue : August Sander: «Landschaftsphotographien» Schirmer/Mosel, 1999

August Sander: Menschen des 20. Jahrhunderts. Studienband. Éditeur : Die Photographische Sammlung/Sk Stiftung Kultur, Cologne. Conception: Susanne Lange u. Gabriele Conrath-Scholl. Texte : Gabriele Conrath-Scholl, Otto Dann, Janos Frecot, L. Fritz Gruber, Klaus Honnef, Susanne Lange, Olivier Lugon, Otfried Schütz, Thomas Wiegand. Schirmer/Mosel, Munich 2001

August Sander: Menschen des 20. Jahrhunderts: Ein Kulturwerk in Lichtbildern eingeteilt in sieben Gruppen. Éditeur : Die Photographische Sammlung/SK Stiftung Kultur, Cologne. Conception et nouvelle mise en pages de Susanne Lange, Gabriele Conrath-Scholl, Gerd Sander, Schirmer/Mosel, Munich 2002, ISBN 3829600062

photographie

Il laisse un inestimable patrimoine, riche  de 10 000 négatifs, archivés par son fils Gunther, puis par son petit-fils Gerhart. Un premier livre intitulé Hommes du XXe siècle, titre souhaité par son auteur avec un florilège de ses clichés est sorti aux éditions du Chêne en 1985 puis un second ouvrage  a été publié aux éditions de la Martinière en 2002, dans une édition monumentale en sept volumes aujourd’hui épuisée.

Sander reste dans l’histoire, comme le maître allemand du portrait documentaire, et l’un des photographes le plus célèbres de ce siècle. Il a influencé de nombreux photographes, et artistes de l’art contemporain. On peut citer notamment parmi eux : Walker Evans, Irving Penn, Diane Arbus, Robert Frank, les photographes de New Topographics ou Alec Soth. L’école de Düsseldorf avec  Bernd et Hilla Becher, Thomas Ruff, Thomas Struth, Andreas Gursky, Rineke Dijkstra ont repris ses aspirations artistiques.

Personne excepté Edward Sheriff Curtis n’a fait preuve d’une telle obstination, pour dépeindre l’ensemble d’une société, à un moment donné, sauf Marie-Pierre Vincent et Yann Arthus-Bertrand qui sont des auteurs encore vivants.

« Rien ne me semblait plus approprié que d’offrir par le biais de la photographie une image de l’actualité en restant scrupuleusement fidèle à la nature. »
« Qu’on me laisse dire la vérité, en toute honnêteté, sur notre époque et les gens de notre époque »

August Sander

Roland Quilici

Retrouvez les livres de photographie de ou sur August Sander, sur l'espace shopping.

En savoir plus sur les illustrations de cet article :

Photo 1 : August Sander: People of the 20th Century (7 Volume Set) by Susanne Lange, Gabriele Conrath-Scholl - Editeur : Harry N. Abrams - ISBN: 978-0810963986

Photo 2 : August Sander par August Sander - Editeur : Aperture; New Ed edition - ISBN: 978-0893817480

Photo 3 : August Sander: 'In Photography There Are No Unexplained Shadows' par August Sander - Editeur : National Portrait Gallery - ISBN: 978-1855141964

Photo 4 : In Focus: August Sander: Photographs from the J. Paul Getty Museum par August Sander - Editeur : Getty Trust Publications: J. Paul Getty Museum - ISBN: 978-0892365678

Pour en savoir plus sur l'auteur de cette rubrique :

Chronique par Roland Quilici
E-mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.