A+ A A-

Abbas Attar

Par Céline Tabou

mt_expand in whose name

Abbas Attar pose son objectif sur les religions

 

Photojounaliste Iranien, Abbas Attar est membre de l’agence Magnum. C’est en noir et blanc qu’il expose le monde aux beautés et duretés des religions. Ce qui fascine, c’est qu’il met en avant les visages et les expressions dans un monde teinté, parfois doux, parfois dur, mais toujours sincère.

Un photojournaliste et essayiste dans l’âme

Né en 1944, Abbas Attar débute dans la photographie à partir des années 1970. Il débute en prenant des photos de révolutions, dont cette au Biafra, Bangladesh, Irlande du Nord, Vietnam, mais également au Moyen Orient, Chili, Cuba, et een Afrique du Sud durant l’apartheid.

Connu pour son travail sur la révolution iranienne, il a durant trente ans, entre 1971 et 2001, mis en avant la violence de la guerre. Des hommes et des femmes qui durant des années ont vécu dans une tension, qui persiste encore aujourd’hui. De ce travail de terrain est sortit un livre en 2002, « Irian Diary: 1971-2001″. Originaire d’Iran, son livre ressemble à un journal intime. Il met à la vue de tous la vie quotidienne des Iraniens et de leur engouement pour leur pays.

Membre de l’agence Sipa de 1971 à 1973, puis de Gamma de 1974 à 1980, il rejoint Magnum Photos en 1981, pour en devenir un membre à part entière en 1985. De 1984 à 1986, il part pour Mexico. C’est àépoque que ses photographies laissent de la place au texte. Il rédige un ouvrage sur le Mexique intitulé « Return to Mexico ». Il y intègre ses photos et ses expériences vécues au Mexique, en Iran, en Chine, au Vietnam, et au Nigéria, entres autres.

MALAYSIA. Near Ipoh. Schoolchildren of the al-Arqam Islamic fundamentalist sect. 1987

De 1987 à 1994, il parcourt le monde de la province chinoise, du Xinjiang au Maroc, pour observer la réapparition de l’Islam. Il décrypte par l’image les tensions existantes dans des sociétés auparavant sans Musulmans. Ces sociétés oscillent entre les traditions et le désir de modernité. Son ouvrage, «» a retenu l’attention après le 11 septembre 2001. Allah O Akbar: A journey Through Militant Islam

Islam, Christianisme, Animisme et maintenant Bouddhisme

Après s’être arrêté sur l’Islam pendant des années, il s’intéresse au Christianisme. Entre 1995 et 2000, Abbas Attar s’interroge sur le Christianisme, et analyse l’impact de cette religion sur la société« Voyage en Chrétientés » retrace les aspects politique, spirituel, et rituel du Christianisme. occidentale. Son livre

Durant deux ans, il photographie l’Animisme à travers le monde. Il tente de savoir pourquoi l’irrationnel refait surface dans un monde en évolution scientifiquement et technologiquement, et où l’irréel n’a que peu de place. Mais en 2001, il cesse ses recherches sur l’Animisme pour se pencher sur son livre «», dans lequel il retrace les grands moments forts de l’histoire de son pays. Irian Diary

Son dernier livre « Au Nom de Qui ? Le monde musulman après le 11-septembre » explore la montée du Jihadisme. Il lance une réflexion sur la montée en puissance de « l’islamisation rampante » de la société. En 2008, il entreprend une exploration du Bouddhisme avec le même regard sceptique et interrogateur.

Un œil en noir et blanc

C’est en bichrome qu’Abbas Attar expose le monde. Il met en évidence les contradictions du monde vis àé’histoire iranienne, mexicaine, africain, asiatique ou des personnages, comme Mohammed Ali, le photographe met en avant l’espoir, la lutte, la colère, la croyance, l’engagement. Une sincérité ressort de ces images. La vie telle qu’elle est: entre douceur et dureté. vis des religions. Ce qui touche dans ces photos en noir et blanc sont les visages, et les expressions.

ISRAEL. Jerusalem. Young and old Hassidic Jews. 1991

Christophe Devriendt écrit « Le noir et blanc donne un aspect spirituel encore plus prégnant, même si certaines photographies ne sont pas à proprement parler religieuses. »

Sur le site Magnum Photos, le photojournaliste définit sa photographie: « Aujourd’hui, ma photo est une réflexion qui se concrétise dans l’action et aboutit à une méditation. La spontanéité — le moment suspendu — intervient pendant l’action, à la prise de vue. Une réflexion sur le propos la précède. Une méditation sur la finalité la suit. C’est là, pendant ce moment exaltant et fragile, que s’élabore la véritable écriture photographique : la mise en séquence des photos. Le souffle de l’écrivain est alors nécessaire à cette entreprise. Le photographe, n’est il pas celui qui « écrit avec la lumière » ? Mais à la différence de l’écrivain qui possède son verbe, le photographe est, lui, possédé par sa photo, par la limite du réel qu’il doit transcender pour ne pas en devenir prisonnier ».

Expositions Individuelles

1972 « Ganvié People », Falomo, Nigeria
1977 « Rétrospective », Galerie Litho, Téhéran
1977 « Ce jour-là », Galerie FNAC, Paris
1980 « Iran, la révolution », Musée d’Art Contemporain, Téhéran
1980 « Darvazeh Ghar Mosque », Téhéran
1980 « Fundacao Cultural », Rio de Janeiro
1982 « Citizen of the Third World », Photographer’s Gallery, London
1982 « Open Eye Gallery, Liverpool, G.B.
1983 « Rétrospective », Consejo de Fotogragia, Mexicmt_expand Iran diaryo
1984 « Rétrospective », Galerie ARPA, Bordeaux, France
1986 « Votez pour Moi », Galerie Magnum, Paris
1991 « Rétrospective », Imagina, Almeria, Espana
1992 « Retours à Mexico », Centre Culturel du Mexique, Paris
1992 « Maison pour Tous », Calais
1994 « Retornos a Mexico », Centro Nacional de la Fotografia, Mexico
1999 « Islamies », Place Royale, Bruxelles
1999 « Islamies », Institut du Monde Arabe, Paris
1999 « Chrétiens », Maison de la Photographie, Moscou
1999 « Chrétiens », Eberhardskirche, Stuttgart, Allemagne
2002 « Iran, the revolution », The Grey Gallery, New York, USA
2002 « Viaggio negli Islam del mondo », Palazzo Vecchio, Firenze, Italia
2002 « Iran Diary », Visa in Perpignan, France
2003 « Visiones de l’Islam », la Caixa, Girona, Granada, Pamplona et Palma de Mallorca, Espana
2004 « Iran », Haus der Kulturen der Welt, Berlin
2004 « Resurgence of Shias », Visa in Perpignan, France
2004 « Ya Saddam », Noorderlicht, Leeuwarden, Hollande
2004 « Islams », les Nations Unies, New York
2005 « Sur la Route des Esprits », La Chambre Claire, Paris
2006 « The Children of Abraham », Nobel Peace Center, Oslo
2006 « Islams and Shias », Vicino/Lontano, Udine, Italia
2007 The Children of Abraham, Groningen et Amsterdam, Hollande
2008 Les Enfants d’Abraham, Institut Français de Fès, Maroc
2008 The Children of Abraham, Jardin Botanique, Bruxelles, Belgique
2009 Au Nom de Qui ?, Magnum Gallery, Paris
2009 Au Nom de Qui ?, Visa, Perpignan

Ouvrages

Iran, la révolution confisquée, Clétrat, Paris 1980
Retornos a Oapan, FCE Rio de Luz, Mexico 1986
Return to Mexico, W.W.Norton, New York 1992
Allah O Akbar: A Journey Through Militant Islam, Phaidon, Londres, 1994
Allah o Akbar, Voyages dans l'islam militant, Phaidon, Paris, 1994
Allah O Akbar - Viaggio negli islam del mondo, Contrasto, Italie, 1994
Voyage en Chrétientés, De la Martiniere, Paris 2000
Iran Diary 1971-2002, Autrement, Paris 2002
Abbas, I grandi Fotografi di Magnum, Hachette, Milano 2005
Sur la route des esprits, Delpire, Paris 2005
IranDiaro: 1971-2005, Saggiatore, Italie, 2005
The Children of Abraham, (catalogue), Intervalles, Paris 2006
Au Nom de Qui ? Le Monde musulman après le 11-Septembre, Éditions du Pacifique, Paris 2009

Pour en savoir plus:

http://www.magnumphotos.com/Archive/C.aspx?VP=XSpecific_MAG.
PhotographerDetail_VPage&l1=0&pid=2K7O3R14OJHQ&nm=Abbas

Copyright illustrations :

1 - Livre : In whose name
2 - Livre : Irandiary

Celine Tabou En savoir plus sur l'auteur de cet article

Céline Tabou
Evènements, Asie
Son blog : http://celinetabou.wordpress.com
Son mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.