A+ A A-

Le B-Grip

Le B-Grip – pour fixer votre reflex à la ceinture.

Depuis plus de 35 ans, lorsque je me balade avec mon reflex, j'enroule soigneusement la lanière de mon appareil autour de mon avant bras pour être prêt à tout rapidement grâce à ma caméra au poing. Je n'ai jamais aimé porter mon appareil autour du cou. Pour de multiples raisons mais surtout parce qu'il est difficile de courir sans risque dans ce genre de situation. Sans me vanter, mon côté sportif et « passepartout » ne sont pas compatibles avec ces colliers lourds et difficiles à maîtriser. Seulement, avec le temps, les reflex pro sont toujours aussi lourds (c'est normal) mais mes capacités physiologiques de résistance à la fatigue diminuent. Avec l'avènement des bridges des APN de poche et autres petits appareils, on a également pu disposer de pochettes ou de sacs se fixant à la ceinture. C'est bien pratique pour ces appareils mais ce ne sont pas des appareils professionnels et ne me servent que pour des situations épisodiques ou des dépannages.
C'est donc avec beaucoup d'intérêt que je me suis mis en quête d'obtenir un B-Grip à tester lorsque j'ai vu le premier communiqué annonçant sa sortie. Par la suite, j'ai appris qu'il avait déjà un concurrent en place mais je n'ai pas réussi à obtenir ce dernier dans des délais qui m'auraient permis de faire des comparaisons.
Le B-grip est une plaque de polycarbonate rigide, aussi solide que de l'acier mais beaucoup plus légère qui comporte un mécanisme similaire aux fixations rapides que l'on retrouve sur les trépieds. A la différence que cette plaque comporte des fentes pour y glisser des ceintures, lanières ou autres courroies de fixation. photographie(Image 1) Elle épouse parfaitement le bord extérieur de la jambe lorsque la ceinture est portée à la taille. Pas besoin d'étude pour comprendre le fonctionnement: Un plaque caoutchoutée se visse sous l'appareil photo dans le pas de vis prévu pour une fixation sur un trépied. Cette plaque s'insère et se glisse dans un profilé qui la maintient en place avec un clapet de sécurité. La plaque s'insère indifféremment avec l'appareil photo pointant vers le haut ou vers le bas. La ceinture, en tissus extrêmement résistant, est prévue pour soutenir les appareils les plus lourds et assure une excellente stabilité. photographie(Image 2).
Même s'il faut s'aider de ses deux mains soit pour entrer soit pour sortir l'appareil, on est sûr que l'appareil est bien maintenu et bloqué en place. La forme du B-Grip épouse bien le bord de la hanche et le transport de l'appareil s'effectue ainsi sans contrainte. On le remarque à peine. Au test du pas de course, je dois admettre que le système s'en sort très bien. Comme le mouvement des jambes est parallèle à la position de l'appareil sur son socle, aucun balancement gênant n'est perceptible. photographie(Image 3). Il reste toutefois la possibilité de poser la main sur son appareil en courant mais ce n'est franchement pas nécessaire au vu de la stabilité de l'ensemble. Pour mon test, j'ai utilisé la ceinture épaisse fournie avec l'appareil mais il est probable que placé dans une ceinture qui aurait un peu plus de jeu ou serait moins serrée à la taille, l'ensemble serrait moins stable. Par contre, aucun risque de chute. Et pour ceux qui veulent vraiment s'assurer contre ce genre de mésaventure, le B-Grip est fourni avec une petite lanière en kevlar à fixation rapide qu'il suffit d'arrimer au B-Grip et à l'appareil de photo. photographie(image 4)
Grâce à ce dispositif, les balades, « caméra au poing », deviennent moins contraignantes pour mon poignet, tout en me garantissant la liberté de mouvement que j'appréciais auparavant. Le B-Grip est fourni avec une housse imperméable fort pratique qui permet ainsi de placer la ceinture et le système par-dessus les vêtements. De plus, le fait que la plaque de fixation s'insère dans deux sens permet de mettre l'appareil avec l'objectif pointant vers le haut, pratique pour ne pas avoir à tout poser sur une table pour changer d'objectif. photographie(Image 5) Par contre, et cela relève de mon goût personnel, je préfère changer mon objectif par en dessous, pour éviter les poussières. En effet, l'appareil ouvert sur le haut offre une ouverture béante pour que les poussières y tombent et s'y engouffrent. A l'inverse, en regardant contre en bas, le « trou » de l'objectif permet aux éventuelles poussières se trouvant dans l'appareil, de tomber. Il convient alors juste de ne pas précipiter le mouvement pour éviter que ces poussières tombent dans le soufflet de l'objectif.

Solide, robuste, fiable et bien construit sont les qualificatifs que j'emploierai pour classer ce produit, pas franchement bon marché mais qui veut la qualité doit aussi y mettre le prix. Ce produit, fabriqué en Italie, a retenu toute mon attention et je ne peux que le recommander. Il est disponible auprès des spécialistes de la photographie et devrait apparaître prochainement dans la grande distribution du loisir.

Rémy Pilliard
Images reçues avec le communiqué de presse (avec le personnage) et photos de pièces par l'auteur.

 

Remy PilliardPour en savoir plus sur l'auteur de cette rubrique
Chronique par Rémy Pilliard
Photographies d'auteur
Site : http://www.d-aprilli.net/
E-mail : remy.pilliardATphotophiles.com (remplacer AT par @)