A+ A A-

Spyder 3 colorimètre et outil...

J'ai testé pour vous ... Spyder 3, colorimètre et outil de calibration d'écran.

A l'heure actuelle, avec les écrans LCD et les normes ICC, il semble raisonnable de penser qu'un outil de calibration n'est plus nécessaire. Beaucoup estiment ou pensent que la calibration d'un écran numérique n'est pas nécessaire, les calibrations du fabricant garantissant une perception suffisamment précise de leurs appareils au sortir de l'usine. Et pourtant, par expérience, c'est loin d'être aussi absolu. Mes appareils sont à la pointe de la technologie, mes écrans haut de gamme et mon imprimante de niveau professionnel. Mais combien de fois me suis-je désespéré à chercher les réglages qui me permettaient d'avoir la même image sur mon papier que celle que je vois sur mon écran. Pas au niveau de la luminosité, évidemment, mais bien au niveau du rendu. J'ai passé des heures à moduler les couleurs de mon écran pour que mon imprimante veuille bien me sortir quelque chose un tant soit peu approchant de ce que j'obtenais sur mon écran. Si je montais mes couleurs au niveau de l'écran, elles sortaient ternes sur l'imprimante calée sur les calibrations d'origine. Si je modifiais alors le gamma ou les couleurs sur mon imprimante, elles étaient toujours un peu trop nettes dans une des trois couleurs de base et trop étriquée dans les deux autres. J'avais des images trop fade, trop « pétantes », trop ci, trop ça, pas assez ceci ... Bref, j'y perdais mon latin, beaucoup d'encre et de papier ainsi que mon temps.

L'appareil de calibrage n'a cependant pas balayé tous mes problèmes d'un revers de la main. La technologie de l'image est complexe, très complexe. L'homme parvient à réaliser des prodiges en maîtrisant toujours plus loin dans le détail des éléments et des fonctions techniques délicates. Nous serons bientôt 10 milliard sur cette planète avec chacun son regard, sa perception et ses appréhensions, ce qui fera bientôt 10 mille millions de façons d'apercevoir les couleurs. De plus, même si j'ai un outil performant à ma disposition pour me permettre de présenter mes images comme je les perçois en espérant que la plupart les percevront au moins de la même manière que moi, j'aurais forcément toujours des réglages et de retouches à faire. Il y aura également toujours des gens qui ne percevront pas mes images et mon expression des couleurs de la même manière que moi ou que ce que je veux exprimer.

photographie

Bref, depuis que j'ai fait l'acquisition d'un colorimètre Spyder 3, mon travail s'est grandement simplifié et j'ai pu me concentrer sur d'autres choses que j'estime plus importante. Ces appareils d'étalonnage doivent cependant être rangé au même titre que tous les appareils et outils qui servent à la création: ce sont des assistants et non pas des ouvriers. Pour rester concret avec mon acquisition, ce Spyder 3 de Datacolor, il convient de préciser ses fonctions, les effets de ces fonctions et l'utilité qui en découle. Un colorimètre sert à calibrer un écran (il en existe aussi pour les imprimantes et là cela devient encore plus complexe car le papier détermine également la colorimétrie) de façon à ce que l'image que j'en perçois sorte sur l'imprimante au plus proche de ce que je désire. Franchement, même en considérant le travail que cela implique avec le Spyder 3, c'est un investissement qui se justifie pleinement, en ce qui me concerne. Pour un amateur de photo qui désire conserver de beaux souvenirs, c'est peut être un peu trop, surtout que les réglages et calibrages des appareils actuels sont bien adaptés à une utilisation pour la plupart des gens. Pour un perfectionniste, par contre, il a beaucoup à y gagner, même si cela passe par encore passablement de réglages. Il faut aussi reconnaître que la technologie des Spyder 3 est à la hauteur des exigences élevées et en constante évolution. J'apprécie le fait de ne mettre plus que quelques courtes heures pour paramétrer mon matériel au lieu des quelques jours et je ne sais plus combien de rames de papiers pour présenter mes photos dans des galeries à la manière des artisans d'autrefois qui maîtrisaient et maîtrisent les produits d'un bout à l'autre de leur conception. Le calibrage de mon écran passe par plusieurs phases. D'abord, le Spyder 3 évalue la luminosité ambiante. On ne perçois pas les couleurs de la même façon dans une chambre avec une ampoule, avec un néon ou lorsque le soleil pénètre par la fenêtre. Ensuite, le logiciel du Spyder 3 examine au travers des capteurs sur cette « espèce de souris » à fixer sur l'écran, la quantité de lumière émise par ce dernier. Au besoin, vous aurez à régler la luminosité, éventuellement le contraste. Ensuite, une phase automatique permet à l'appareil de déterminer la colorimétrie. Vous voyez défiler des carrés de couleurs sur votre écran que la souris capte et que le logiciel analyse. Le calibrage terminé, vous pourrez bien évidemment stocker ces données et il vous sera facile, dans des conditions de luminosité ambiante similaire, de retrouver votre affichage comme il vous convient. Comme déjà dit, il est fort probable que le premier calibrage ne soit pas satisfaisant. Pas entièrement ou pas du tout mais dans tous les cas, il ne faut pas croire que ce sera juste du premier coup. Par contre, une fois les réglages trouvés pour la ou les conditions d'éclairages possibles, plus besoin de se casser la tête à les refaire. Quoi qu'une petite vérification ou remise à jour de temps à autre ... (C'est d'ailleurs fortement recommandé à la fois par le système du Spyder 3 et par les concepteurs de l'appareil, tout comme la bonne logique)

Après avoir trimé pour obtenir des tirages conforme sans avoir de Spyder 3 à disposition puis utilisé ce colorimètre pour la calibration de mes écrans et en quelques instants de travail réussi à sortir des tirages plus proche de ce que je désirais, je me permets de considérer que ceux qui prétendent qu'un tel appareil n'est pas utile en l'état de la technologie actuelle, ont franchement tort.

Photo fournie par Digitaccess et Datacolor
Test et article réalisés par Rémy Pilliard

Pour en savoir plus sur l'auteur de cette rubrique

Remy PilliardPour en savoir plus sur l'auteur de cette rubrique
Chronique par Rémy Pilliard
Photographies d'auteur
Site : http://www.d-aprilli.net/
E-mail : remy.pilliardATphotophiles.com (remplacer AT par @)