A+ A A-

FinePix S200 EXR

J'ai testé pour vous ... le FinePix S200 EXR

photographieAprès avoir flirté avec le haut de gamme des reflex le mois dernier, parler d'un bridge en gardant une objectivité sincère n'est pas chose facile. Néanmoins, il faut reconnaitre que ce petit appareil a de quoi intéresser les plus exigeants, ne serait-ce que par ses capacités techniques. Souvenez-vous, l'an passé à quelques mois près, nous vous présentions déjà un FinePix 200 EXR. Il s'agit du F200 qui se voulait révolutionnaire par son capteur et ses performances intéressantes pour un compact. Le dernier né des bridges FujiFilm est fait sur les mêmes bases et inclut le même capteur. On a donc un 12 Mpix, avec ce fameux capteur super CCD EXR. Pour mémoire, c'est un capteur dont les photosites sont alignés en biais, par paires pour le rouge et le bleu et en rangée complète pour le vert. De plus, la dynamique lumineuse est améliorée par une sélection de pixels « travaillant » pour la couleur et/ou pour la luminosité selon les besoin de la scène capturée. (EXR pour EXtended Range ou Dynamique Étendue) Une image de paysage éclairée ne fera donc pas appel aux mêmes parties du capteur qu'un portrait en salle peu éclairée avec, tant pour l'un que pour l'autre, une dynamique très étendue. Alors que la plupart des appareils se « contentent » d'un rapport dynamique de 1 à 10, les EXR se prévalent de dynamique de 1 à 50 au minimum. On est cependant loin de l'oeil humain qui, pour les plus « mauvais », sont limités de 1 à 1'000 et que les exceptions peuvent monter jusqu'au rapport de 1 à 1'000'000.


photographieLe FinePix S200 EXR appartient à la gamme des bridges de relativement haut de gamme, bien que son prix ne soit pas des plus élevés. C'est par ses performances techniques, son aspect et la qualité de sa finition qu'on peut l'admettre dans cette catégorie. (Images 2 et 3). Il est par contre presque spécifiquement dédié à l'image fixe. Pas parce que la vidéo y fait défaut mais bien plus parce qu'elle n'est pas au top de ce qui se fait actuellement sur la plupart des appareils numériques, même reflex. photographieLe S200 EXR ne propose que le mode 640 x 480 en 30 images par secondes, format AVI, ce qui le laisse à la traine face à la HD. Évidemment, tout le monde ne veut pas forcément un appareil de photo pour faire de la vidéo. Certains ne voient pas non-plus cet appareil comme un baroudeur ou universel à tout faire (en terme d'images) mais personnellement, je trouve que son zoom 14x qui commence à 30 ½ et s'allonge jusqu'à 436 (converti en valeur 24x36) est fort appréciable pour énormément de situations. Comme, en plus, je n'ai pas constaté de vignettage aux deux extrémités de ce zoom, j'aurais tendance à considérer le contraire. Sa luminosité de 2.8 à 5.3 est probablement aussi convaincant.

Les puristes diront qu'un grand angle se doit d'être en dessous de 28mm, d'autres vous diront qu'un 35 est amplement suffisant. Bref, lorsque je côtoyaits au « siècle dernier », des reporters photographes travaillant sur film, ils étaient tous équipés d'un 35mm et cela convenait parfaitement à la grande majorité des situations de leur travail. Par contre, 436 pour le zoom, il faut chercher vers le 300 d'un reflex numérique pour la comparaison. Cela donne tout de même des capacités intéressantes, l'image 6 montrant le 30 ½ et l'image 7, prise du même endroit avec le zoom calé à 436mm.

photographie
photographie
 Image 4
  Image 5
 photographie photographie
  Image 6  Image 7


photographieSur le terrain, le FinePix S200 EXR n'est ni trop lourd donc ne fatiguant pas le bras après ½ heure de ballade ni trop léger donc assurant une certaine stabilité. Certes, le mode à double compensation de vibration hérité de la série F fait bien son travail mais un appareil que l'on a bien en main sans se faire remarquer est un argument complémentaire. photographieLorsqu'on choisit un autre mode que le mode EXR, l'appareil propose des programmes, comme son petit frère de la catégorie F, que certains nostalgiques de l'argentique retrouveront avec plaisir, je veux parler de la possibilité de simuler les caractéristiques d'un Velvia, entre autres. Comparativement également au petit F, les images prises dans l'obscurité, sans flash se révèlent d'une qualité digne d'une longue pause, mais qui peut être prise à main levée sans problème, comme le montrent les images 8 et 9  photographieJ'ai également beaucoup apprécié la maîtrise des contrastes en contre-jour, juste après la pluie, où, bien que le ciel soit un peu cramé, on relève fort bien les détais dans des dynamiques élevées.

Après deux semaines de test, je garde un bon souvenir de ce bridge aux performances étonnantes, aux images de bonne qualité et au maniement agréable. Pour servir d'appareil secondaire dans de nombreuses situations, c'est probablement le genre d'appareil que je mettrai dans mon sac

Pour en savoir plus sur l'auteur de cette rubrique

Test et article réalisés par Rémy Pilliard, photographies de l'auteur ou fournies par le fabricant

Remy PilliardPour en savoir plus sur l'auteur de cette rubrique
Chronique par Rémy Pilliard
Photographies d'auteur
Site : http://www.d-aprilli.net/
E-mail : remy.pilliardATphotophiles.com (remplacer AT par @)