A+ A A-

Les humanistes

  • Published in Histoire

Les humanistes (I)


Par : Bruno Decuyper


Introduction à la photographie humaniste.


photographieLa F.S.A (Farm Security Administration) En 1935 est créé, dans le cadre du programme New Deal du Président Roosevelt, le Ressettlement Administration qui prendra deux ans plus tard le nom de Farm Security Administration.

La section photographique (Historical Section) dephotographie cet organisme eut pour tâche de réaliser un bilan objectif des conditions de vie et de travail dans les campagnes américaines durant la Grande Dépression : il fallait informer l'Amérique de ce qui s'y passait et soutenir l'action gouvernementale.

Dirigé par Roy STRYKER une douzaine de photographes sillonnèrent les campagnes américaines entre 1935 et 1942. Sur 270 000 négatifs recueillis, R. STRYKER en sélectionna environ 170 000. L'écho dans la presse fut d'autant plus important que la forme documentaire dans son ensemble était alors très appréciée.

Ce travail de commande mené par des photographes de talent tels que Walker EVANS, Dorothéa LANGE, Russel LEE, Arthur ROTHSTEIN, Ben SHAHN… reste l'une des plus importante mission à caractère social jamais organisée par un pays.


Sources : http://etudesphotographiques.revues.org/document234.html


Les humanistes (II)


photographieOn appelle photographes humanistes ceux qui témoignent, par leurs images, de la dignité de l'homme. L'humanisme est un courant de pensée philosophique occidentale qui, depuis la Renaissance, croit en une essence éternelle de l'homme, et place en lui sa foi. Cette approche persistante a touché la photographie, notamment dans les années 30 (la grande crise économique) jusqu'au début des années 1960 et même encore de nos jours. Au Etats Unis c'est la FSA (voir courant humaniste 1) qui en témoigne. Elle est perpétuée par Eugene W. Smith dans " Essais photographiques" pour le magasine Life entre 40 et 50 En France à la fin des années 40, la photographie humaniste se met en route…


Les humanistes (III)


La photographie Humaniste en France


photographieFin 1940 la photographie humaniste se met au diapason du réalisme poétique (Prevert…). Des photographes comme Robert Doisneau, Edouard Boubat, Willy Ronis… appartenant au groupe des XV fondé en 1946 privilégient plus le contenu émotionnel de leurs photographies que leurs formes.


1) Willy Ronis : Il ne regagnera Paris qu'à la libération. Ami de Robert Capa, le poète de Ménilmontant rejoint Robert Doisneau à l'agence Rapho. Militant de gauche, il s'engage dans le reportage social. Lors de la grève de 1938 chez Citroën-Javel, il photographie une syndicaliste debout sur une table au centre d'une foule d'ouvrières. Le doigt vindicatif tendu vers la droite, le faciès déformé par la harangue, elle semble ignorer qu'une de ces dames de l'assistance… tricote. Elle deviendra l'image phare de Willy Ronis.


photographieA l'instar de ses contemporains Cartier-Bresson, Doisneau, Izis ou Boubat, Willy Ronis participe pleinement au renouveau de la photographie humaniste en France. Une photographie qui érige en règle de conduite la légèreté de l'être et s'offre en contrepoint visuel au jazz existentialiste de Boris Vian et à la poésie de Jacques Prévert. De Saint-Germain-des-Prés aux guinguettes de Belleville, c'est toute une époque immortalisée en autant "d'instants décisifs". Surtout, Willy Ronis laissera à la postérité l'image d'un Paris insouciant, libéré de la guerre. Un Paris épris de liberté et de pataphysique, où les filles flirtent dans les bistrots et les garçons jouent aux cartes. Un Paris nostalgique et aujourd'hui révolu.

 

 

 

Pour en savoir plus sur l'auteur de cette rubrique :


Chronique par Bruno De cuyper
Photographies d'auteur
Site : www.brunodecuyper.be
E-mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.