A+ A A-

Compte-rendu du 4ème Festival Art'photo

  • Published in Evènements
Compte-rendu du Festival Art'photo

Article de Laurent Meynier
Photos du festival Anne-Marie Louchet et Anne Bertino

4e rencontre de professionnels et d'amateurs
Les 1, 2 et 3 août 2007 à Baratier, Hautes-Alpes

Pour sa 4e édition, le Festival a mis à disposition des photographes 300 m2 d'espace d'exposition et de moyens audiovisuels.

photographieEn choisissant délibérément de mélanger les clivages habituels qui existent entre professionnels et amateurs, le Festival Art'Photo de Baratier se donne pour objectif de privilégier plutôt la vision d'auteur, ce qui permet aux photographes de se réunir dans la seule dimension réellement importante : la qualité.

La diversité des projets présentés depuis 4 ans est volontairement illimitée et devient même de ce fait l'axe principal de ces rencontres. Cela apporte une complémentarité évidente des thèmes et des genres et engendre une grande richesse visuelle qui a satisfait la curiosité des visiteurs les plus exigeants, notamment les réfractaires par principe au concept de départ. Grand reportage, documentaire naturaliste, recherche artistique ou encore photo conceptuelle, se côtoient sans négliger toutefois la photo contemplative, toujours agréablement dosée.

photographieLa sélection des travaux présentés n'a pas été soumise à un jury, mais découle souvent des coups de cœur de la fondatrice Marie-France Clavier (ou d'anciens exposants), qui avait déjà su encourager bon nombre d'artistes (depuis 2000), dans sa galerie d'Embrun Le Sabot de Venus. Ces choix ont pourtant été dictés dans un souci d'exigence tant pour l'originalité créative des œuvres que par la qualité technique des réalisations. Marie-France se fait un devoir de continuer sa croisade contre la culture élitiste en assurant cette fois encore pour les exposants, l'accès sans frais à la salle, et bien sûr la gratuité pour le public.

Les moyens numériques actuels favorisant l'autoédition, le festival à permis aux exposants qui le souhaitaient, d'investir l'espace de vente afin de proposer leurs brochures et cartes postales aux visiteurs, en plus des publications apportées par les professionnels, comme les superbes livres de Michel Zalio.

photographieCette nouvelle édition a vu encore croître le nombre de visiteurs. La stabilisation des dates dans la première semaine d'août est donc une très bonne chose, puisque nous avons vu revenir une quantité de visiteurs ayant déjà visité une autre édition de l'exposition. Il serait impossible de définir quels projets ont été les plus appréciés du public. En effet, le concept même du festival, qui est de mélanger les pros et les amateurs, permet vraiment à chacun de trouver l'écho de sa sensibilité personnelle, fût elle constituée d'une fibre rare comme d'un mélange scientifico-artistique, ethno-régionaliste, ou encore technico-naturaliste.

Le temps fort du festival était la projection du film de Michel Zalio, qui à fait "plus" que salle comble, le nombre de places assises s'étant rapidement avéré insuffisant. La notoriété internationale du guide de haute montagne y est sans doute pour quelque chose. Le débat, qui s'est tenu en point d'orgue de la soirée, était passionné et vivant au point de retenir un public insatiable très tard dans la soirée. Malgré l'assaut incessant des curieux de tous âges, Michel Zalio s'est fait une joie de répondre aux questions de tous ses visiteurs-admirateurs.

Le diaporama passionnant de Jean-Claude Louchet a en revanche manqué un peu de public, mais cela incombe au choix du vendredi soir. Dommage donc pour ceux qui n'auront pas été stupéfaits par les différentes phases de l'évolution des papillons, et même époustouflés par un étonnant mélange technico-poétique de tableaux abstraits tirés (au microscope) des ailes métalliques des papillons exotiques.

Les auteurs exposés

• Michel Zalio. Amaneï, rencontres touarègues

photographieEnfant du Queyras, Guide de Haute-Montagne, Grand reporter et éternel voyageur, c'est un peu le "parrain" de ces rencontres. Il présente ici ses photos de desert extraites du livre Amaneï. Nous le suivons sans hésitation et avec un grand plaisir à la rencontre des gens du desert, dans une histoire haute en couleurs et en sensations. L'exposition est agrémentée de divers objets ramenée de ses expéditions.

Michel nous gratifiera en plus de son film et de sa présence pour un débat / dialogue, une soirée qui se posera naturellement en temps fort de ces rencontres. Une façon exotique de dépayser les visiteurs autochtones et estivaux.

http://www.michelzalio.com/


Philippe Brunie, un des fondateurs du Festival, présente son ambitieux projet de marche sur la ligne de partage des eaux entre la Méditerranée et l'Océan Atlantique.

« Volem ser per caminar y caminem per poder ser » (Lluis Llach) : Nous voulons être pour marcher et nous marchons pour pouvoir être.

photographieCe voyage pédestre de plus de 4000 km, en ligne de crête, est en cours de réalisation et va durer 7 étés consécutifs. Il a débuté en 2004 et se poursuivra jusqu'en 2011. Il nous fait partager ici ses premières expériences et les paysages grandioses de son périple entre 0 et 3500 mètres d'altitude et entre France (sources de la Saône) et Espagne (Détroit de Gibraltar). Philippe force le respect par ces quelques chiffres : il marche 10 heures par jour pour effectuer en moyenne 30 à 40 km, et transporte un sac de 15 kg !

Il passe du temps à écrire son récit, et rédige des commentaires pour accompagner ses images de paysages, que seuls les courageux auront lu, il faut bien le dire (les petits textes en dessous des images là…), mais à mon avis, c'est un projet solide, parfait pour faire un beau livre, avis aux éditeurs !

• Laurent Meynier, Nouvelles vanités

photographieUne série de 20 Natures mortes aux courges avec des formes étonnantes et des couleurs somptueuses, associée à une réflexion de fond sur le genre pictural des "Vanités", précurseur des Natures mortes dans la peinture du XVIIe siècle. Une façon originale de transposer les codes à travers les âges pour parler de la recherche esthétique, de la société et de la vanité humaine. Certains aspects de la société d'hier et d'aujourd’hui, tels le langage financier, technique, religieux ou politique, peuvent se trouver mis sur un pied d'égalité et exprimer de ce fait toute la vacuité d'un propos officiel, lorsqu'il est séparé de sa forme habituelle et remplacé par une forme artistique séduisante et colorée. Une réflexion fond/forme percutante.

http://laurent.meynier.free.fr


• Jean-Claude Louchet, Macrophotographie et photomicrographie.


Ce "curieux insatiable de la nature" nous fait voyager dans le monde de l'infiniment petit et réussit à nous étonner par son sens scientifique et artistique de l'observation. Des agrandissements étonnants de petites parties d'insectes, tels : patte de mouche, coupe de ver de terre ou chenille en 100x100 cm prennent une présence stupéfiante.

Jean-Claude ne ferait pourtant pas de mal à une mouche : il peaufine ses techniques expérimentales uniquement sur des insectes vivants ou trouvés déjà morts, ce qui explique la présence dans ses images d'une touchante sensibilité. Son diaporama sur le cycle étonnant des papillons n'est qu'une petite partie de son œuvre, qui s'étend depuis 1977, à beaucoup d'autres thèmes naturalistes : arbres, cycle des plantes, orchidées sauvages, fleurs exotiques… Sans parler des collections entomologiques méticuleusement revisitées. Le tout archivé sur film Kodachrome, évidemment, pour le plaisir des yeux, actuel et futur, précise t-il avec humour !
http://www.exposition-nature.fr/

• Lorraine Bennery est une jeune professionnelle de la photo animalière qui est installée dans la Brenne, pays de Loire remarquable pour la richesse de sa faune et sa flore aquatique.
photographiePour sa première participation, elle nous démontre avec éloquence que ce genre difficile nécessite une véritable vocation naturaliste. Lorraine nous fait partager ses rencontres heureuses ou insolites avec les habitants des rivières et des forêts, dans l'intimité de sa perspicace discrétion, avec des ambiances inoubliables de l'aube ou du crépuscule, qu'elle seule était capable de retranscrire. Primée à Montier-en-Der, festival incontournable du genre animalier, elle prend ainsi la suite de Christophe Sidamon-Pesson, qui avait exposé à Baratier en 2003.

http://lorraine.bennery.free.fr/sitev2/index.html


• Norman Lancelot

Quand je suis passé devant les photographies de Norman, j'ai surtout vu ses encadrements de papiers crépons aux couleurs vives, façon de faire un peu exotique car assez inhabituelle. Portrait enrubanné dans un désert aux noirs et blancs chauds, tête casquée sur falaise de granit, sports, voyages, bref, l'appel du grand large… Il faut dire que Norman, originaire de la région, est un des nombreux admirateurs de Michel Zalio, qui lui à donné le goût des voyages. Cette année, il a monté son affaire de reportage sur le terrain de l'aventure. En bon baroudeur, il photographie des groupes de sportifs dans leurs activités favorites (escalade, alpinisme, canyoning, spéléo…). Il les suit dans leur périple, réalise des portraits dans les situations les plus périlleuses et fixe les actions pour le plus grand plaisir de chacun. Résultat visible tout de suite dans son camion transformé en studio graphique…

Norman projette de partir en Amérique du sud pendant six mois, pour faire du grand reportage. Ce qui l'intéresse, c'est de rencontrer les gens dans leur environnement propre et bien sûr, d'aller voir le plus loin possible ! Bonne route à toi, gageons que ce nom, Norman Lancelot (c'est un sacré nom quand même !), s'inscrive un jour à côté de celui des plus grands globe-trotters et vivement l'an prochain que tu nous présentes ton reportage !

• Marno

Transparence âme secrète
En choisissant ce thème poétique, Marno nous propose de voyager avec elle dans l'estuaire Bordelais et aussi dans son enfance disparue. Elle met en scène nombre de reliques personnelles et de souvenirs se rapportant aux personnages et événements marquants de sa famille et de sa terre natale. Marno nous raconte ses joies et ses heurts enfantins restés en suspens, les non dits et les objets quotidiens auxquels on s'attache. Elle exprime avec force, des sentiments de souffrance ou d'apaisement, auxquels elle donne la forme et le nom de Poèmes d'images. Un magnifique voyage dans le temps et l'espace d'une petite fille qui s'est transformée dans sa grande histoire à fleur de sensibilité en l'Artiste Marno.

• Sylvie Chaudoreille

photographiePour la deuxième année, et pour notre bonheur, Sylvie a investi l'estrade du théâtre pour mettre en scène ses photographies. Un très agréable florilège d'images de nature, suspendu à des cordelettes, grâce à des pinces à linge, comme quand on alignait soigneusement ses tirages noir et blanc au labo pour les faire sécher. Sylvie se sert également de présentoirs de couturier, valets et autres accessoires du domaine textile pour mettre en valeur ses patchworks "cousus main".

Plantes, insectes, fleurs, paysages se côtoient en gros plans serrés et même en mosaïques d'images subtiles dans des gammes aux couleurs harmonieuses, camaïeux de criquets et bois, panaché de feuilles vertes, sélection de coquelicots… Un vrai défilé de Haute couture, avec matériaux nobles, coupe au millimètre, couleurs exquises et ligne design inédite, du grand Art !

• Anne Bertino, Compositions graphiques

photographieProlonger la magie d'un instant,
Apprivoiser les couleurs de la vie,
Communiquer une émotion,
Témoigner, souvent,
S'enrichir au hasard des rencontres, toujours,
Apprendre à regarder avec le coeur et s'éveiller au monde...
Être photographe, c'est avoir cette chance extraordinaire.
Qu'est-ce qu'un bon cliché ?
Je sais seulement les photos qui me touchent,
Et celles que j'aimerais prendre.

http://www.itisphoto.com/html/galeries/galerie.cfm?nomgal=bertino


• François Heller : Paysages à la porte de chez soi

Lorsque la sensibilité exacerbée (et inédite) d'un artisan garagiste, (musicien et photographe de surcroît) exprime l'amour d'un pays, d'une lumière, d'un instant particulier, cela génère un sentiment de partage et de joie de vivre qui ne peut que toucher le visiteur admiratif, qu'il soit un estivant ou un habitant du département. Cette série est représentative du meilleur des Hautes-Alpes, aux plus beaux instants : c'est vraiment un plaisir pour les yeux et le cœur.

• Alice Simonard, Chaise d'ici et d'ailleurs

photographiePremier prix de sa promotion de l’École de Condé à Lyon, Alice nous présente ici son projet de fin d'année.
Un travail de réflexion sur l'être et son espace. Une simple chaise est mise en scène dans différents lieux, paysages urbains ou naturels, toujours au centre de l'image. Sur cette chaise, le sujet, une fille assise, (Alice ?) tourne le dos à l'objectif. Tout change d'une photo à l'autre, sauf le sujet pourrait-on dire, ce sujet impassible qui se situe à la fois en dehors du temps et au centre de l'image et qui interroge sur le sens de l'existence. Chaque image en petit format est une partie constituante d'un grand rectangle. Une démarche résolument moderne qui apporte une dimension conceptuelle et minimaliste à l'exposition.

• Claire Boris

Claire Boris se sera faite aussi discrète que son travail, exposé ou plutôt "posé" dans un petit recoin sombre du bar. Une discrétion telle qu'il fallait presque se demander s'il s'agissait d'une zone d'exposition. Malgré tout, les visiteurs les plus perspicaces qui auront pris le temps de fureter en dehors de l'allée centrale, (certainement les mêmes qui avaient déjà eu la curiosité de lire les quelques textes de présentation), auront trouvé un jardin secret bien agréable à explorer. Mais je n'en dis pas plus long… Tant pis pour les moins courageux.

J'aurais aimé rencontrer Claire Boris et lui dire que ses photos étaient vraiment belles, et que je les trouvais au moins aussi pertinentes que celles ouvertement étalées par d'autres exposants moins gênés. Lui demander pourquoi elle avait pris seulement trois grilles quand d'autres en remplissaient 4 recto-verso. Pourquoi elle n'avait-elle pas mis son nom et des titres à ses images, était-elle d'une grande timidité, avait-elle souhaité une "mise à l'écart" et dans quel but ?

Autant de questions qui resteront sans réponses.

Claire si tu lis ces lignes, promets- moi que l'année prochaine tu prendras 4 grilles dans l'allée centrale, que tu feras du grand format et que tu seras là, à côté de tes œuvres pour répondre aux questions que tout le monde se pose en voyant tes photos. Si tu fais ça, les questions de l'année prochaines seront à l'opposé de celles-ci, cela ne fait aucun doute !

 

Renseignements pratiques :

Le festival s'est déroulé les 1, 2 et 3 août 2007 à Baratier, Hautes-Alpes
Exposition de10h à 12h et 15h à 19h - Salle polyvalente la Baratonne
Renseignements : 06 10 07 29 47 - Organisation : Marie-France Clavier 06 09 38 21 66

Programme de ce festival

• Mercredi 1er août
Exposition. Vernissage à 19h
• Jeudi 2 août
Exposition. À 20h30, Film de Michel Zalio : Amaneï, rencontres touarègues, suivit d'un débat en présence de l'auteur.
• Vendredi 3 août
Exposition. À 20h30, Diaporama de Jean-Claude Louchet : La vie des papillons, présenté par l'auteur.

Pour en savoir plus sur l'auteur de cet article :

Article écrit par Laurent Meynier
Retrouvez ses réflexions photographies sur http://laurent.meynier.free.fr