A+ A A-

Critiques Avril 2010

Photo Fernand Domange Photo Delphine Conti Photo Christophe Lecoq

Auteur : Fernand Domange
Email: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Infos techniques :
Négatif Kodak tri x développé à 1600 iso 30° scanné avec coolscan LS2 20mm Nikkor Nikon F4

Auteur : Delphine Conti
Email: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Infos techniques :

Auteur : Christophe LecoqEmail: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. Infos techniques :
Nikon D200 + Sigma 18-50mm f2.8 Ouverture : f6.3 Focale: 18mm Vitesse : 1/2000 ISO: 400

 

La critique d'Hervé Cornette

La critique d'Hervé Cornette

Avril
Le noir et blanc est à la mode. Visiblement. Comme si cela suffisait.

Photo Fernand Domange

Pour la photo une, si ce n’était pas du plagiat j’aurais dit superbe. Je l’ai déjà dit en 1972 lorsque j’ai commencé la photo et que j’ai vu cette photo de M. Jean Loup Sieff (http://www.jeanloupsieff.com/) réalisée en Ecosse (à vendre sur le site Verdeau à 1500€). Il y a quand même une différence entre celle de 1972 et celle-ci : la taille des galets et de la maison ainsi que de sa position.

 

 

Photo Delphine Conti

Pour la deux. Les yeux sont fermés donc il ne regarde pas la fleur, ce n’est pas la vision de celle-ci qui interpelle le personnage. Ce n’est pas un Instant de méditation : si cela avait été le cas, la main droite n’aurait pas été active. Donc je penche pour la jouissance de la senteur. Oui mais si c’est la senteur pourquoi la position de la main qui « amène » la fleur au visage, pourquoi le visage est si loin de cette senteur? Ou plus simplement, l’instant décisif n’est pas le bon. C'est-à-dire que le personnage admire la fleur mais malheureusement la prise s’est faite alors qu’il clignait des yeux. Voilà pour ce qui est de mon interprétation. Techniquement qu’est ce qui marche ? La profondeur de champ qui isole le sujet du fond. L’exposition : rien n’est cramé, rien n’est bouché. Le traitement « sage » qui amène de la douceur en rapport avec la scène. Pour ce qui est du cadrage, pour moi c’est étriqué et donc ça manque de lisibilité. Les mains qui ont une présence certaine avec l’instant sont tronquées. Un peu plus de champ vers le bas et sur le côté gauche de la photo aurait apporté de l’air à cette photo. La zone claire entre le personnage et la fleur aurait méritée d’être plus sombre.
Pour résumer, profitez du printemps pour refaire cette photo en privilégiant votre histoire et la rendre lisible.

Photo Christophe Lecoq

Pour la trois je serais plus « tendre » quoi que ? C’est quoi l’histoire ? Une jeune fille qui passe le temps à faire des bloblotis avec sa main ? C’est ce que laisserait supposer la position de la main et de la tête dans ce ruisseau créé par la marée descendante. Mais alors pourquoi la noirceur du paysage. La tristesse due à la nostalgie du temps qui passe, symbolisé par ce mince filet d’eau qui ruisselle et la noirceur de l’ambiance. Le terme de noirceur employé ici n’a rien de péjoratif ?. Pour avoir vu cette photo sur un Avatar, je sais que son auteur la voit plus clair que moi. Allez, j’arrête sur l’histoire, chacun verra midi à sa porte. En terme de composition j’aime bien les lignes de ce ruisseau qui conduisent à cette jeune fille. J’aime bien aussi le mouvement par le dégradé de gris ainsi que leur orientation et qui convergent également sur cette crinière noire. J’aime bien aussi cette blouse blanche qui contraste avec le reste. Bref, tout converge vers cette jeune fille. C’est réussi. Dommage, pour moi, que nous ne distinguions que la crinière. Dommage également que le vignetage du bas soit trop important, fermer une photo oui, mais l’enfermer non. Et quitte à assombrir j’aurais plutôt éliminé le reflet du filet d’eau dans la partie inférieure. Je trouve le traitement N&B adapté à cette photo.

Allez, à vos appareils. Il parait qu’avec les beaux jours on fait plus de photo. (moi c’est l’inverse ?)
Profitez bien de cette nature qui renait, de ces ciels qui peuvent être bien plombés et contrastés. Mais attention à vos réglages……

Hervé Cornette (photocor)

La critique de POV

La critique de POV

Bonjour à tous,
Salut RV.


Ah, qu'il est bon de découvrir une telle volée de photographies ! Quelle claque !
C'est  un vrai de cadeau de printemps pour notre complice Photocor. Je ne boude pas non plus ce plaisir.
Prenons de la graine.


Photo Fernand Domange

A la manière de... ;)
ça respire Sieff. C'est beau, majestueux, bien construit et parfaitement traité.
Rien à redire, pour moi.
Bravo. Respect.

 

 

 

Photo Delphine Conti

Même si l'ensemble est plaisant, c'est celle qui rassemble le plus de défauts. A mon avis.
Le cadrage n'est pas bon. Tout y est amputé. Sans raison évidente. Si il n'y a pas moyen de prendre du champ avec le raw, l'option - obligatoire - est de resserrer plus encore : un carré qui élimine l'oreille, calé juste au-dessus des sourcils et coupant légèrement le bouquet à gauche ; et hop, on se concentre sur le sujet.
La MAP est maladroite mais cela ne me gêne pas plus que ça pour le sujet et ce qu'il évoque. Halte au point à tout prix.
En revanche, le positionnement par rapport à la lumière est à noter. Il mériterait d' être souligné par un contraste un peu plus appuyé, je crois.
 

Photo Christophe Lecoq

Une corps nu bien posé en lieu et place de cette fillette et ... re-Sieff ! ;)
Je n'ai qu'une réaction : reprendre mon commentaire de la photo 1.
C'est du très très beau.
Bravo.

@ +

 

Merci aux auteurs d'honorer la photographie avec une telle virtuosité. On en redemande.

Me tarde de découvrir, le cas échéant, les autres travaux de ces PHOTOGRAPHES !



Merci.
+

 


POV