A+ A A-

Critiques Février 2010

Photo Patric TheoPhoto Christophe SoudantPhoto Christophe Soudant

Auteur : Patric Théo
Email: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Infos techniques :
Appareil : Sony DSLR-A200
Objectif : 10-20 mm sigma Distance focale : 10mm
Vitesse ISO : 100 ISO expo : 1/60 s à F/8,0
Post traitement : Lightroom 2.6 Photoshop CS4, Photomatix pro 3.0 (HDR)
Photo extraite d'une expo en préparation ("Monstres Urbains")

Auteur : Christophe Soudant
Email : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Infos techniques :
NIKON D50 + 18/55 @42 mm f/6.3 1/10s +0.3IL + photoshop

Auteur : Christophe Soudant
Email : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Infos techniques :
NIKON D50 raw 18/55 @32 mm (obj 18-55) ISO 400 F/11 exp. 1/80 s, développé en N&B, format carré 500x 500 pixels


 

La critique d'Hervé Cornette

La critique d'Hervé Cornette

Bonjour les Photophiles.
Bien remis des agapes ? Et la fève ?
Trois clichés, le paysage industriel, le paysage nature, et le paysage tourisme. Pourquoi pas.
Alors dans les « règles » du paysage, on lit généralement qu’il faut distinguer différents plans pour avoir une idée de la dimension. Ces plans sont soit créés par un positionnement des éléments du paysage, soit créés par des plans de nettetés, soit créés par des lignes. Après « on » dit qu’il faut choisir entre le sujet du paysage et ce qui le soutient.

Photo Patric Theo

Le paysage industriel : la grue portuaire. Y a t'il une impression de taille ? Oui car la focale utilisée fait bien poindre la flèche de la grue, loin, loin dans le ciel. Voit-on différents plans ? Non car la profondeur de champ est immense : on est net du pied de la grue au sommet de la flèche et au bâtiment de l’arrière plan. Aurait-on pu se passer de ce besoin d’échelonnement de netteté pour donner de la profondeur ? Oui en faisant en sorte que le remorqueur et que les mats du bateau en arrière plan ne se trouvent pas là. Cette difficulté de lecture est amplifiée par le fait qu’il n’y a pas d’autres lignes que celles qui mènent à la flèche. Je passe sur le traitement dramatique, il aide, mais il ne suffit pas à cacher cet enchevêtrement du deuxième plan. D’autre part le trou blanc du ciel m’empêche d’en ressortir. J’ai l’impression de connaitre cet endroit.

Photo Christophe Soudant

Le paysage nature. C’est quoi ce qui est présent dans le V formé par ces racines ? Je dis cela car la composition m’y amène tout le temps et je ne ressors jamais de cet endroit. Dommage que ce soit vide (ou nettoyé de manière pas très adroite). Il y a bien plusieurs plans qui donnent une échelle de distance : végétaux verts à gauche, barrière de racines, trouées dans les jaunes. Les lignes des racines composent ce V, malheureusement vide. Alors, c’est quoi le sujet ? Les racines ? Surement ! Malheureusement vous aurez compris que cette trouée me gâche le plaisir ? Et la prochaine fois, quitte à bricoler l’arrière plan je pense qu’il faut approfondir la technique pour que cela se voit moins. Mais le mieux est de faire la photo bonne à la prise de vue. Il fallait se rapprocher et ne jouer que sur le rythme donné par les racines et par la succession rouge-ombre. Sinon, sympa les couleurs : on a les trois primaires. Cela suffit-il ? Encore un voyage en perspective.

Photo Christophe Soudant

Le paysage touriste. Classique  cet angle, connu, et toujours le même problème avec la flèche de l’église qui est trop proche de celle de la tour Eiffel et qui de fait ne donne pas le rythme voulu. On est net du premier plan à l’infini, nous avons toutefois la profondeur pas l’effet d’échelle (tour Eiffel plus petite que le mat). C’est bien essayé le petit coup de flash pour déboucher l’ombre, mais il est trop présent ce qui a pour effet de donner l’impression de collage du sujet du premier plan sur une photo grisonnante de la tour Eiffel. La présence du flash est amplifiée par les reflets brillants, ce qui ajoute à l’effet pas naturel du tout. Ce qui me gêne c’est l’aile.  Bon, on pourrait peut être se retrouver histoire d’essayer de faire mieux, sachant que ni la tour, ni l’église, ni le petit ange ne peuvent bouger ?.

Allez, au mois prochain et bonnes photos

Hervé Cornette (photocor)

La critique de POV

La critique de POV

« Cette photo est complètement dans la lignée de ce que nous cherchons à faire en ce moment dans ***. C’est très frais et plein de gaieté, mais surtout c’est très artistique tout en étant très tendance. Et puis, il y a une vraie poésie ! Le photographe a cette force d’avoir réussi à créer un véritable univers et à y distiller son propre style. »" sic M. *** ; à la fois directeur de la rédaction, rédacteur en chef, directeur de la rédaction, directeur artistique et webmaster du magazine. ... à propos du chef d'oeuvre qui remplit la une d'une publication récente.  (pardon à l'auteur > je hais).
Os court ! Os court ! crie POV.
Où est la photographie ?
Où va-t-elle ?
En bref, soit on condamne le cumul des mandats et à lui de choisir celui qui lui convient (on parie sur sa modestie, hein ?). Soit son boss lui rend service > il le vire ! Soit il le cantonne à son rôle de gestionnaire : il y excelle probablement.
Mais STOP à une quelconque direction artistique ! (je ne parle même pas de sa fonction "webmaster" : j'en ai mal au ventre...à force de rire)
JE NE COMPRENDS PLUS GRAND CHOSE.
Tendance .... mdr ! Le mot probablement le plus c... que j'ai entendu ces dernières années. C'est tendance. Tout est tendance. Même l'inane.
Attention > JE N'AI PAS ECRIT IMAM ! :D
(ça la foutrait mal en plein débat sur lidentiti natiounale ;);););)
Il doit se faire coiffer chez *** ... parce qu'il le vaut bien ;)
 Alors, si c'est c'est vraiment "dans la lignée de... " (sic) : il serait opportun - à mon avis - de créer un nouveau magazine.
M.*** n'imagine pas le mal qu'il fait aux artisans photographes à les confronter aux génies bidouilleurs de l'informatique. Il ne comprend pas.
Et la revue n'honore plus son nom...Monsieur***
Ah! Las le temps de CAMERA ou PHOTOS NOUVELLES...
Du miel à chaque page tournée. Précautionneusement.
Plus rien de tout çà. Pfff.
M'enfin. Comme dirait Gaston (c'est vrai, le festival commence demain ;))


Revenons à notre quotidien de besogneux.


Photo Patric Theo
La 1 est ... tendance. Non ?
Ce genre de visuel m'emm...
Même pas envie de dire quoi que ce soit. L'auteur est très certainement fier de sa production (à raison sans doute) ; mais où est la photographie SVP ?
 
 
 
 

Photo Christophe Soudant

La 2.
Cool. J'ai dû réussir à peu près la même un jour où j'ai laissé tombé mon boîtier au marché de Tana. (http://fr.wikipedia.org/wiki/Antananarivo) Et il a déclenché tout seul.
Sauf que moi, je ne l'ai pas gardée.
Pô con le POV. :P
 
 
 

Photo Christophe Soudant

Le message est compliqué de toute évidence. Je suggère à l'auteur une psychanalyse / thème "pipi, caca, prout et zizi si affinités..."  ça devrait se trouver dans un catalogue de formations adéquates. Non ?
Une info. > http://www.education.gouv.fr/pid6/la-formation-tout-au-long-de-la-vie.html

Oups > j'allais écrire : un tuyau. Mais je me suis retenu au dernier instant.
Vous savez ... le décisif ...


Pour ceux à qui cela pourrait encore parler ;)


Allez > +
OUPA

POV