A+ A A-

La Société pour l'Education Photographique

Rencontre avec la Société pour l'Éducation Photographique

Photos et texte par Bruno Chalifour


La Société pour l'Éducation Photographique revient à Chicago pour son 43ème anniversaire.

photographieLa Société pour l'Education Photographique est une association qui rassemble les enseignants et les praticiens de la photographie d'art aux États-Unis. Suite à une conférence historique à la Maison George Eastman (Rochester, NY) en novembre 1962, la Société pour l'Education Photographique, ou SPE (Society for Photographic Education), vit le jour à Chicago à l'automne 1963. Cette initiative répondait alors à une nécessité suscitée par l'explosion des inscriptions aux cours de photographie au sein des facultés de beaux arts aux Etats-Unis. Étant donné le nombre d'universités privées existant outre-Atlantique, il était devenu urgent de mettre en commun les ressources et les démarches pédagogiques. 43 ans plus tard la SPE tenait sa conférence nationale annuelle à Chicago du 23 au 26 mars. Le thème de cette année était " Un nouveau pluralisme : le futur de la photographie ".

photographieOrganisme unique au monde, la Société pour l'Education Photographique est une association américaine à but non lucratif qui se définit comme un forum de réflexion et de discussion sur les media ayant une relation avec la photographie en tant que moyen d'expression et d'étude culturelle. L'association se fixe pour buts la promotion de la photographie dans toutes ses formes ainsi que le développement de  ses pratiques, de son enseignement, de sa critique et de l'étude de son histoire. Depuis sa création par des enseignants et historiens de la photographie, l'association compte essentiellement dans ses rangs des enseignants universitaires et des étudiants (pour la plupart au niveau maîtrise beaux arts en photographie). Elle comprend aussi des artistes photographes, des administrateurs  d'institutions liées au médium (musées, galeries universitaires), des historiens et critiques. En plus de 40 ans, les plus grands noms de la photographie moderne et contemporaine américaine sont ou ont été membres de la SPE, ou sont intervenus à une de ses conférences : Ansel Adams, Beaumont Newhall, Minor White, Clarence White, Henry Holmes Smith, Nathan Lyons, Harry Callahan, Aaron Siskind, John Szarkowski, Carl Chiarenza, Jerry Uelsman, Mark Klett, Chris Carter, Michael Kenna, Anne Tucker, A. D. Coleman, Jerome Liebling, Emmet Gowin, Joel Meyerowitz….

Un thème est choisi pour chaque conférence et les membres proposent des interventions en images commentées illustrant le thème retenu. Ces réunions annuelles proposent également des groupes de réflexion sur l'enseignement de la photographie, l'évolution des contenus et des pédagogies en fonction de celles des pratiques et des outils. Un grand nombre des interventions de cette année se concentrait sur l'image numérique avec, y compris, Adobe qui présentait un séminaire sur différentes techniques d'utilisation de Photoshop et un autre sur son nouveau logiciel de classement et de traitement d'images "Lightroom".

photographieUn autre thème important de cette année a été l'édition, voire l'auto-édition, de livres de photographies. 4 séminaires présentaient les démarches à suivre, leurs embûches, ainsi que la nouvelle option offerte par l'édition en ligne, ou le tirage "à la demande" rendu possible grâce à l'informatique et permettant à tout photographe de publier un livre à peu de frais et à très faible tirage (ce qui ne résout pas toujours les problèmes de distribution malgré des sites internet comme "lulu.com" qui, en plus de l'impression de livres, permet leur achat en ligne sur son site).

Les photographes sont aussi invités à présenter leurs travaux à leurs pairs ; chaque présentation est suivie de questions-réponses. Il y avait plus de  trente exposés d'artistes photographes en mars 2006, auxquels il convient d'ajouter les désormais traditionnelles séances de lecture de portfolios. Étaient également invités 4 conférenciers vedettes pour des séances plénières. John Paul Caponigro, réputé pour ses photographies numériques, fut le premier (conférence Canon/Calumet), suivi de Henry Jenkins, enseignant et directeur de programme au Massachusetts Institute of Technology de Cambridge (conférence sponsorisée par Kodak, de retour après des années d'absence, années pendant lesquelles Fuji l'avait remplacé). Ensuite venaient Carl Toth, l'" enseignant de l'année ", Barbara Stafford, enseignante à l'université de Chicago.

Cette année comme l'année dernière, et ce après un passage difficile d'un millénaire à l'autre, la SPE a encore vu ses effectifs augmenter pour atteindre le nombre de 1700 membres (comparés à environ 1100 il y a 5 ans). La conférence fut également accompagnée d'une foire de vendeurs où étaient représentés les Adobe, Epson, Fuji, HP, Mamiya, Nikon…. Plusieurs prix furent décernés aux meilleures productions d'étudiants de l'année et la conférence se termina, comme c'est la tradition, par une présentation générale de portfolio.

La SPE a son propre magazine trimestriel créé en 1973 et seulement distribué à ses membres ou par contact avec le bureau national (voir www.spenational.org ). Le numéro de ce printemps (volume 31, n°1), propose plusieurs articles analytiques:

 -"Le numérique dans l'enseignement de la photographie" par Therese Mulligan (ex-commissaire d'exposition à la Maison George Eastman et depuis 3 ans à la tête du programme de maîtrise de photographie d'art du Rochester Institute of Technologie).
 - "La critique comme engagement" de Mariah Doren.
- Une interview de Zoe Strauss par Katherine Ware.
 - "L'histoire de l'éducation photographique de 1960 à 1980 à Rochester" par Nancy Stuart.
 - Melissa Rachleff au sujet de Joel Sternfeld (exposé en Arles en 2005).
- Robin Brooks sur Edward Burtynsky (invité d'Arles en 2004 et 2005).
- Marie-Suzanne Langille sur Shelby Lee Adams (invité d'Arles en 1999).
- Etc. …

La prochaine conférence de la SPE aura lieu à Miami en Floride du 15 au 18 mars 2006 et aura pour thème "La photographie et l'art contemporain".

En savoir plus sur l'auteur de cet article

Bruno Chalifour

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.