A+ A A-

Béatrice Garrette - SIPA Press

Interview Béatrice Garrette
Directrice générale de SIPA PRESS

Par Jean-Philippe Klein 


"Les jeunes photographes doivent diversifier leurs activités, aiguiser leur regard et se montrer audacieux"  

photographieSouriante, cette ravissante jeune femme mère de trois enfants, diplômée de HEC cherche de nouvelles voies pour développer l'agence de photos Sipa Press dont le "business"  traditionnel est menacé par les transferts rapides des images par Internet réalisé par les agences "filaires" de type Reuter, AFP….

Depuis 2005, à la tête de Sipa Press, agence réputée, elle anime une équipe d'une centaine de personnes. Béatrice Garrette croit à de nouvelles formes d'expression photographique mêlant l'esthétique et le retour aux sources du  photojournalisme.

Quel est le métier d'une agence de photos comme Sipa press en 2006 ?

Nous vendons des images à des journaux français mais aussi étrangers. Ces derniers représentent 30% de notre chiffre d'affaires.  Nos photographes sont avant tout des journalistes qui racontent des histoires et livrent des informations avec des images.  Près de 90% des images sorties de chez Sipa Press sont en numérique.

Précisément de grandes agences " filaires " concurrencent directement des agences de photojournalisme traditionnel comme Sipa Press,  Gamma… en expédiant en quelques minutes des images du bout du monde grâce à leurs nombreux correspondants. Comment pouvez vous lutter contre de tels concurrents ?

Nous avons aussi des correspondants, mais en moins grand nombre. Les fichiers numériques remplacent les bobines et leur transmission via Internet accélère leur diffusion. Nous petite agence en terme d'infrastructure devons nous repositionner pour tirer parti du talent de  nos photographes. Nous leur demandons encore plus d'ajouter une valeur ajoutée humaine en racontant des histoires en images. Ils doivent aussi trouver l'information avant tout le monde et la mettre en musique. C'est pour Sipa Press le nouveau challenge du journalisme photo. Un autre consiste à offrir nos compétences et nos moyens commerciaux à des photographes free lance qui souhaitent voir leurs images distribuées auprès des journaux.

Voulez-vous développer également un autre volet largement exploité par d'autres agences de photojournalisme, celui de la photo d'entreprise et de la vente d'images sur site WEB aux services communication, marketing des entreprises et agences spécialisées ?

Oui, il faut que Sipa Presse développe cette activité. Certaines grandes agences toujours réputées pour leurs grands reportages photo comme Magnum réalisent plus de 50% de leur chiffre d'affaires dans ce secteur. Nous voyons aussi sur ce marché des géants tels que Corbis, Getty…

Reste le plus important le talent. Dernièrement nous avons participé pour la première fois à une vente aux enchères d'images issues du patrimoine photographique de Sipa Press.  Ces images se sont très bien vendues. Je conseille donc aux jeunes photographes de diversifier leurs activités, aiguiser leur regard et se montrer audacieux.  

En savoir plus sur l'auteur de cet article

Propos recueillis par Jean Philippe Klein

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.