A+ A A-

Voyage en Corse I

Voyage en Corse I

à 4 dans 3 m2 habitables, sur l'eau par Adeline Foray

Partie I
par Adeline Foray

26 avril 2004
Traversée de Bandol à St-Florent en 56 heures ! Le Corsica Ferrie en rigole encore !
On met pied à terre à St-Florent vers 1h du mat, le dimanche 26 avril avec à bord trois contents, très contents, d'avoir échappé au coup de vent annoncé (et toc !).
Taxi dès le lendemain pour Bastia (50 euros beurk !) puis ferry pour Toulon après avoir passé une soirée mémorable dans une sorte de resto où se tenait un personnage Hubert Tempête qui nous a fait rire toute la soirée par des chansons de son cru, excellentes !

Mardi 27/04
De retour au point de départ, on récupère nos deux lardons et on repart le lendemain de nouveau avec Corsica Ferrie en cabine et tout le confort !

Mercredi 28/04
Chic! chic ! On est en Corse. Ca y est, ça y est… tra la la lère, on va pouvoir danser nus sur la plage… Ouaih, ouaih..
Bus pour St Florent depuis Bastia, Théo et Elodie sont archi-fatigués, Théo montre des signes inquiétants de grosse grosse fatigue !
Dans le bus, Xavier me dit "on va pouvoir se faire une p'tit tour peinard dans la baie de St-Florent"… ouaih ! ouaih ! En guise de petit tour on se paye un méga coup de vent dans le port " Le Libeccio", si bien que non seulement on n'a pas pu sortir mais en plus dans mon cas, je n'ai même pas réussi à faire la sieste tellement les rafales étaient fortes dans le port ! Quelle arrivée ! Et le pire c'est que ça a duré trois jours avec en plus quelques gouttes de pluie histoire d'assaisonner tout ça !! Screugneugneu et la plage alors . Moi qu'avait emmené 4 ou 5 maillots de bain, je reste sans voix devant le choix !!
M'enfin on ne s'ennuit pas à bord, Théo est tombé malade dès l'arrivée, donc médecin le soir même ! Otite + angine, classique, ça ne nous étonne même plus.
Bon alors la suite c'est quoi ?
Ah ben tiens quelques gouttes de pluie pour nous réchauffer et voilà..

Jeudi 29/04
Journée au port sous un vent violent qui ne se calme pas… 2-3 courses, à 100 euros de l'heure !! Les prix sont impressionnants, mais bon faut bien se nourrir…
On va "pêcher" avec les enfants les crabes à l'épuisette, puis on va sur une petite plage derrière la citadelle… Plage d'ailleurs sûrement privée m'enfin bon… La pêche est commencée, on va se régaler ce soir : bigorneaux, algues, un bébé crabe, un bébé poisson, plein de petits cailloux… mille et une merveille…
Les enfants s'éclatent et les parent tout autant… quand soudain un œil noir nous regarde ! Nous voilà tous les quatre immobiles sur une petite jetée de 1m50 de long et à peine 40 cm de large ; une énorme pieuvre nous observe d'en dessous ! Bien sûr, c'est trop tentant, il faut qu'on aille la titiller un peu avec les épuisettes, histoire de lui montrer qu'on est les plus forts et puis d'amuser les enfants (ou les parents ?)…
Bref, Xavier approche son épuisette ("son"… enfin au départ on l'avait acheté pour les enfants !) de la grosse bébête pensant que celle-ci va aller se planquer sous les rochers… Seulement voilà, bien au contraire elle s'est mise à nous attaquer en nous lançant ses tentacules et en se déployant de façon impressionnante ! Théo et Elodie se mettent à hurler de panique, on manque tous de se foutre à l'eau dans le mouvement de panique… et faut bien dire que les parents n'en mènent quand même pas bien large !
Le pire, c'est que maintenant qu'elle nous a repérés, elle sort ses tentacules de l'eau pour nous attraper ! Le vrai film de science-fiction et d'horreur…

On ramène les enfants terrorisés au bord (ils sont pas près de revenir pêcher les pauvres!) et on continue à observer le monstre marin qui est quand même magnifique…
Tout émoustillés de notre aventure, on s'en retourne à notre petit quincaillier du coin, adorable bonhomme bien sympathique et on lui raconte notre aventure… Il explose de rires et nous dit que c'était sûrement une pieuvre "nationaliste" !
On lui achète sa dernière lampe à pétrole rouge qui ressemble comme deux gouttes d'eau à celle de Tangaroa (il y a de fortes chances pour qu'elle ait été achetée au même endroit "Chez Victor"). On passe pas mal de temps à discuter avec lui et à farfouiller dans son magasin qui semble t'il va bientôt fermer, retraite oblige !
Le soir pour se venger du mauvais temps (et encore on est heureux, le vent s'est calmé et pour l'instant il ne pleut pas) on va s'acheter du super poisson, ultra cher mais vraiment délicieux !

Vendredi 30/04
On se réveille plein d'énergie et on se décide à larguer un peu les amarres… on fait le plein d'essence, de bouffe, d'eau et nous voilà en route pour découvrir le nouveau monde !
Ouaih ! Ouaih ! Youpi ! A nous les plages de sable fin des Agriates… On mange en cours de route sous un ciel chargé de quelques gouttes de pluie qui rebondissent sur nos fronts plissés de "bonne" humeur !
M'enfin malgré tout on arrive jusqu'à la plage du Lodo super fameuse pour son magnifique lagon tahitien (même si sous la pluie c'est moins beau !). On se met à l'ancre avec 30 mètres de chaîne histoire d'être peinard et après une sieste bien méritée (déjà commencée pour les enfants) on gonfle notre super annexe prévue pour deux adultes. Plouf, plouf.. Ce-sera-toi-qui-ira-à-la-nage ! Oh quel malheur ! C'est tombé sur Xavier ! Allez va, fais pas cette tête elle est quand même à 14° et puis tu sais 200m c'est vite fait, hein ?
Non, décidemment on n'arrivera pas à le convaincre ! Résultat : on arrive à rentre tous les quatre dans l'annexe ! C'qu'on ferait pas pour éviter de se mouiller les orteils quand même !
L'arrivée sur la plage avec les petits rouleaux est un peu limite mais bon on s'en sort bien avec juste le fond de culotte un peu mouillé. Ce qui nous inquiète plus c'est le retour pour remonter sur le bateau… mais bon !
M'enfin on tient à rassurer tout le monde : les enfants avaient leurs gilets, donc même si l'annexe avait coulé, tout allait bien !
…"rires"…
On a une magnifique éclaircie à ce moment là et on peut vraiment, vraiment se croire sur une île déserte, avec un lagon bleu turquoise, le sable blanc, notre beau voilier tout seul au milieu… Ah tiens, j'ai cru le voir dériver, non pas toi ? Meuh non ! On n'y pense même pas tellement on est contents de ce moment de pur bonheur ! Les enfants aussi d'ailleurs.
Dès que ça se recouvre, on rentre vite au "gros bateau", le retour se passe d'ailleurs plutôt bien, on a trouvé une super technique pour charger et décharger les gamins !
Petit goûter puis partie de pêche pour le repas de ce soir…
2h après… Donc on avait dit des pâtes, c'est ça ?
Gros dodo après une journée bien remplie.

Samedi 01/05
Nuit calme, sans un souffre, un réveil serein avec plein de soleil : voilà ça c'est la Corse comme dans les pubs ! Petit déjeuner plein d'entrain sur le pont, avec vue sur les eaux transparentes, bleues turquoises (oui, on sait, on sait!) et la plage… Etc, etc. (C'est vrai que ça peut être énervant pour certains lecteurs…). M'enfin quand même c'est génial !
Hop, à peine terminé, on "saute" (c'est une image!) dans l'annexe pour retourner sur la magnifique plage de sable fin…
Attention, j'ai tout prévu : le sac et les fourchettes pour les oursins ! Miam, miam, j'en ai déjà les papilles qui salivent ! Les enfants jouent, c'est le moment d'y aller… Hé hé. Sur ce rocher, non pas un seul… Celui là non plus, et là, oh là un oursin ! Bon ce pauv' bébé, j'vais quand même pas le bouffer !
Oh là un gros, zut il est noir…
Bref, je reviens bredouille et bien déçue..
Xavier me demande "Alors, cette pêche aux oursins ?"… Scronch.. "Ah ben non, j'viens de me rappeler que c'était fermé parce qu'on est en mai, dommage hein ??". Scronch.. screugneugneu, faut pas m'emmerder…
Oh! Théo tu t'es foutu du sable plein de zizi ! Ca va être pratique à nettoyer dis donc !
On commence à voir arriver sur nous un ciel bien menaçant. On plie bagage et on se rentre au bateau. Rinçage approximatif à l'eau douce et on s'installe pour manger sur le pont… Ah ben non il se met à pleuviotter, on rentre tout (ce qui n'est pas une petite affaire vu le peu de place à l'intérieur !) M'enfin on arrive à se caser à l'intérieur… On finit le repas et hop au dodo tout le monde !
Le tonnerre gronde aux alentours, et un grand "craac" nous garde éveillé un moment… Finalement je m'endors tandis que Xavier veille au grain ! Le vent se met à siffler 1/2h plus tard, ce qui me réveille mieux que le bipbipbip du réveil à quartz !
Les rafales de vent nous tombent dessus, on s'y attendait un peu avec l'orage, mais bon ça reste impressionnant… J'enfile ma veste de quart histoire de voir de l'extérieur si on chasse ou pas. Difficile à estimer vu qu'on a tendance à tout amplifier sous la pression !
Xavier se prépare aussi à appareiller au cas où… Faut dire qu'on avait tout laissé en bordel sur le bateau ce qui n'était pas très malin… On range tout ça, illico-presto sous une pluie diluvienne et les rafales inquiétantes… La super annexe est déjà pleine d'eau !
Finalement on se décide à partir étant trop peu surs de notre ancre et de la suite des événements… Ca va t'y monter ou pas ?
On part au moteur, on se fait tremper, et dix minutes plus tard… calme plat, il n'y a plus de vent, par contre la pluie continue… Pendant ce temps Théo et Elodie continuent bien tranquillement leur sieste… et comme on les envie !!!
Vu qu'on est partis, autant continuer maintenant, on va à l'anse de Fornali… On s'y reprend à trois fois pour trouver un nid douillet à notre ancre !... On est tellement fatigué et surtout archi trempés qu'on se rentre à l'intérieur sans même avoir enlevé la grand-voile !! Heureusement qu'il y a un bon Dieu pour les "têtes en l'air"…car le vent est totalement tombé et cela n'a pas eu de conséquence !
Après cela s'installe un drôle de micro-climat au dessus de nos têtes : à chaque fois que l'un de nous dit "bon allez ça s'est calmé la pluie, je vais sortir un peu" ; le temps d'enfiler les bottes, ça se remet à flotter dehors ! La première fois c'est drôle, la seconde aussi pour la blague mais au bout d'un moment ça devient franchement prise de tête !
On occupe les gamins avec des dessins et autres, mais nous on commence à macérer sérieusement dans nos habits trempés, entassés de partout… La tension monte, voila t'y pas qu'en plus Xavier se cogne pour la énième fois la tête sur le bitoniau sous la porte et ça, ça énerve ! … en plus, moi j'ai les nerfs qui lâchent et je me marre à chaque coup ce qui n'arrange pas l'ambiance à bord !!
La pluie s'arrête toutes les cinq minutes, juste le temps pour nous de voir le magnifique maquis tout autour et de se dire oh la la qu'est ce que ça serait bien si ça pouvait durer… Mais non… Le temps aussi est nationaliste ! On commence même à avoir des hallucinations et à voir du beau temps partout sauf au-dessus de notre tête !!
On décide quand même de faire sortir les gamins en fin de journée, après les avoir bien enrobés dans des salopettes imperméables, vestes…etc. Et bien sûr, c'est "pipi" !
Voilà c'était la goutte d'eau !
Bref, la soirée se termine sur un ton maussade. Tout ce que l'on veut maintenant c'est dormir !
Quand même pour couronner tout ça la météo, notre bonne copine, nous annonce que ça va durer un moment !
Comment nous faire plus plaisir ???

Dimanche 02/05
Réveil glacial ! On est complètement frigorifiés, les enfants aussi malgré qu'on les ait glissés dans nos duvets. L'angine de Théo ne passe pas, et Elodie commence à tousser. Là, ça ne nous amuse plus du tout, c'est décidé ce soir, on rentre au port et tant pis pour le budget !
L'humeur est grincheuse à bord, et puis en plus "paf!" Xavier se recogne la tête sur le bitoniau de la sortie… et moi, je pouffe ! J'vous raconte même pas l'ambiance !!
Enfin, on a quand même le droit à une jolie éclaircie, vite, vite, on en profite pour étaler tout ce qui était mouillé de la veille. Le bateau ressemble maintenant à un véritable étendage et si jamais il se met à pleuvoir maintenant, on rentre à Novalaise (en Savoie) !
On embarque dans notre annexe (ce qui est devenu une véritable routine) pour visiter la crique, où l'on se trouve, qui est bien jolie, pleine de maquis et de Corse ! Il y a une méga super villa sur une des rives !
½ journée bien agréable où le soleil daigne être de la partie et là encore ça nous fait rêver… "Ah si ça pouvait rester comme ça !"
Meuh non, meuh non, les gros cumulo-nimbus arrivent tout sourire ! Le temps de rentrer au bateau, on entend déjà le tonnerre gronder ! Ah mais on ne nous y reprendra pas !
On mange après avoir mis le bateau sur une bouée (pourvu que le proprio n'arrive pas) puis on se rentre sur St Florent avant la pluie ! Niak ! Niak ! Niak ! Ne nous aura pas ce coup ci !
Arrivés à St Florent, on a déjà notre plan en tête : on dira à la capitainerie qu'on est arrivé "demain" histoire d'économiser une nuit !
On est tout content d'avoir échappé à la pluie mais quand même maintenant qu'on a le chauffage, on aimerait bien  qu'elle tombe pour de vrai, car pour l'instant pas une goutte d'eau et pas un "pete" de vent ! Zut alors !
Mais bon, tout va bien, il se met à flotter en soirée et on a le droit à un "Grand frais" toute la nuit qui nous fait un plaisir fou, tranquillement installés au port !
La météo, notre, de plus en plus "grande copine" nous annonce toujours que ça va durer… Oh ta gueule !

Lundi 03/05
Youpee, youpee, tout s'est déroulé comme prévu à la capitainerie " Vous êtes arrivés quand ? Hier ?"."Oh non, non, ce matin " (par 40 nœuds de vent, ça ne l'étonne même pas la nana !).
Petit dej au pain au chocolat, slurp !
Puis la matinée se déroule dans les cris et les hurlements des enfants qu'on assassine ! Et oui, l'heure de la douche a sonné ! Un peu plus et la gendarmerie débarquait !
Enfin, après ça, une platrée de pâtes et un énorme dodo !! On devait faire notre linge mais on n'a pas eu le temps et un peu la flemme… Dommage il ne pleuvait pas et le vent aurait séché les vêtements en 2 min.
On se réveille de la sieste à … 18h!! On fait le goûter et tout de suite après on s'inquiète de ce que l'on va bouffer ce soir ! Ce n'est plus du tout de la voile, c'est de la gastronomie que l'on fait !
Quelques courses avec cette fois-ci ...mmm… de merveilleux steacks du boucher ! Une nuit calme s'annonce malgré beaucoup de pluie !

Mardi 04/05 : Journée particulière ou "la pêche miraculeuse"
On se réveille frais comme des gardons, le moral à dix milles sous terre avec la pluie qui continue à nous taquiner ! Ne parlons même pas du vent… Mais bon, c'est pas grave de toute façon, on n'était pas venu là pour le soleil, la mer, la plage, tout ça, tout ça... Quelle idée ?!
Comme tous les matins, après notre petit déjeuner familial à l'intérieur (a-t-on pris un repas entier dehors ? Non je ne crois pas !) on va se remonter le moral en prenant la météo…
Ah ! Ben tout de suite ça va beaucoup mieux, on est mardi et ils annoncent ce temps pourri avec en plus avis de grand frais jusqu'à au moins vendredi…
Tout ragaillardis par ces bonnes nouvelles, on part noyer notre chagrin dans une bière… Depuis qu'on est à St Florent, on picole comme des vieux poivrots ! On a remplacé notre bonne vieille bouteille de 75 cl par un cubi de 5l, et tant pis pour le budget ! La faim, oui ! La soif, non ! C'est d'ailleurs bien au bar du coin, ils offrent les sirops aux enfants à la seule condition que les parents picolent ! Là, ça leur fait un bon point !
Afin de donner un but plus éducatif à notre sortie, on avait dit aux enfants qu'on allait pêcher les crabes et les poissons avec leurs épuisettes (un de nos premiers achats à St Florent). En retournant au bateau, on se penche donc le long des quais pour voir si l'on peut attraper des poissons… Théo et Elodie s'imaginent déjà avec dans leurs épuisettes un thon de 15 kg…
Nous on cherche désespérément un petit truc à leur mettre dans leurs épuisettes histoire qu'ils ne soient pas trop déçus. Tout à coup, tandis que Xavier est devant avec Elodie, je vois un énorme poisson à la surface de l'eau, d'abord je le prends pour un mulet et puis en voyant sa gueule allongée, je le prends pour un brochet. Après coup je me dis que j'ai du mal voir, les brochets c'est dans les lacs !
Et puis soudain Xavier nous appelle Théo et moi de vite vite venir voir. Il y a un attroupement de gens juste devant notre panne… "Ciel ! Le bateau coule !" se dit Xavier… Ouf, non le bateau va bien !
En fait, il y a un gars qui est en train de sortir "les fameux brochets" de l'eau et qui les vide au fur et à mesure ! Au début, on croit à une hallucination et puis en se dirigeant vers notre bateau on crois un Corse qui nous dit "ouah, j'ai failli en chopper un à la main, il m'a glissé entre les doigts, mais y'en a tout plein de partout, c'est incroyable !"… Et finalement on apprend que ce sont des barracudas qui se sont fait piéger dans le port par les tempêtes de vent qu'il y a eu et qu'en plus, une rivière ayant déversé toute sa vase, ils manquent d'oxygène et donc sont obligés de nager à la surface !
Tout à coup, ça nous fait "tilt", on se dit "et pourquoi pas nous", non… pas nager à la surface mais pêcher ses fameux barracudas ! Mais oui, mais oui s'ils en sont capables, nous aussi ! C'est bientôt la cohue sur les quais, tout le monde se rue pour pêcher les poissons !
Les seuls ustensiles qu'on a en mains sont les deux petites épuisettes des enfants… Ben ma foi, qui ne tente rien n'a rien et puis ça amuse les enfants (ça c'est l'excuse !). Notre tactique est vite établie : y en a un qui met la tête de l'animal dans l'épuisette, et l'autre la queue et hop sur le quai !
D'habitude y a que dans les films que ça marche et encore genre "Cromagon et son épuisette" ou " Bouba attrape un poisson". Mais incroyable on en attrape un comme ça !! "On en a un, on en a un ! Ouah c'est génial on en a choppé un !! Oh put.., mais c'est qu'il va se barrer, tiens le, tiens le, ouah mais ça glisse, vite, vite choppe-le !".
Bref, c'est une lutte acharnée avec le poisson et autant dire qu'on a autant la trouille que lui !! Bon maintenant il va falloir l'achever, vite je vais chercher un couteau (quelle super idée que d'en avoir mis un attaché à l'extérieur du bateau ! Merci Cédric!) et reviens vers Xavier et les enfants qui sont aussi médusés que leurs parents ! On achève le pauv' poisson qui nous regarde de ses grands yeux ronds suppliants ! (On est des vrais barbares, oui c'est vrai !).
On avait peur de choquer les enfants ! Tu parles, ils sont tous contents ! (Faut dire que les crabes, ça commençait à être lassants !)
Xavier est pris subitement du virus… de la pêche ! Il veut en pêcher un autre ! J'essaye de le raisonner en lui disant que celui là suffirait largement à nous nourrir tous les quatre… " Oh mais rien qu'un tout petit…"… Le Corse qu'on avait rencontré sur notre panne est en train d'en pêcher plein au couteau !! Clac un coup dans l'eau rapide et il ressort avec un énorme poisson au bout ! IMPRESSIONNANT !
M'enfin nous on n'est pas peu fiers de notre tactique et malgré mes protestations (peu énergiques, il faut bien le dire… ça fait longtemps que je l'ai le virus moi !) on s'y remet aussi avec nos épuisettes… Le Corse veut faire un cadeau à Théo et Elodie : Clac, un coup de couteau dans l'eau et il en ressort un énorme poisson qu'il présente à Théo et Elodie en guise de cadeau ! " Ah ben j'aurais préféré une sucette !!" M'enfin une fois que le poisson est tué, ils daignent s'en approcher et faire une caresse au poisson qui a bien mérité ça, le pauvre !
Le gars nous donne des conseils pour découper des filets dedans et repart à sa pêche… Maintenant qu'on a de quoi bouffer pendant trois jours, plus question de pêcher ! Par contre pas moyen de rentrer au bateau, y a un tas de "pêcheurs potentiels" qui n'arrêtent pas d'emprunter les épuisettes de nos enfants pour tenter leur chance !! Eh eh, ils n'ont pas notre expérience, cela se voit tout de suite !!! Bref, au bout d'un moment à force de dire très forts "bon ben on va se rentrer", ils finissent par rendre leurs épuisettes aux gamins qui s'impatientent d'ailleurs !
On rentre à bord avec deux énormes poissons et seulement deux bières dans le nez (je le précise pour les mauvaises langues ! De toute façon on a pris des photos exprès !). Après la série "clichés photographiques", Xavier se débattant avec les poissons, la gueule du poisson en gros plan pour montrer toutes ses dents… etc), on s'en va cuisiner tout ce joli monde ! Et à vrai dire, on se régale !! On en a mangé qu'un le midi et on était déjà archi-repu.. Théo s'est avéré un excellent mangeur de poisson ! Elodie moyennement ("moi, j'aurais préféré une sucette")/
Durant toute la sieste, on entend des gens s'affairer dans tout le port à pêcher ! C'est une véritable folie ! Il y a de plus en plus de monde et inévitablement de moins en moins de poissons ! Y 'en a même qui prennent les zodiacs pour les pêcher au milieu du port !
Bref, vers 18h le calme revient, ça a été un véritable massacre pour ce banc de barracudas et une véritable mine d'or pour les restaurants du coin qui s'en s'ont faits des stocks énormes ! Y avait même le cuistot en tenue de cuistot qui pêchait en faisant en plus attention de pas les abîmer !
Ce soir à St Florent " Barracuda au menu". Pou nous aussi, on entame le deuxième poisson qui s'avère vraiment très gros et dont on mange à peine une moitié.
Bon faut bien dire que tout ça nous a rabiboché avec le fait d'être coincé au port car sans ça nous aurions loupé cette journée en tout point exceptionnelle !

à suivre...

Adeline Foray


Voyage en Corse I Voyage en Corse I Voyage en Corse I Voyage en Corse I Voyage en Corse I
Voyage en Corse I Voyage en Corse I Voyage en Corse I Voyage en Corse I Voyage en Corse I
Voyage en Corse I Voyage en Corse I