A+ A A-

Gestion des couleurs pas à pas.

  • Published in A voir, à lire.
  • Hits: 8741

photographie

Je reçois, dans le cadre de mon activité bénévole, le dernier livre des éditions Eyrolles.

Comme à l’habitude, la présentation est de très bonne facture : couverture solide, mise en valeur, sur celle-ci, des textes dans des zones bien lisibles et belles images aux couleurs éclatantes.

Pour ces dernières, le titre explique le pourquoi : Gestion des couleurs pas à pas.

Hum, un livre technique sur une technique qui m’est tout à fait étrangère, moi qui me vante d’être photographe amateur éclairé (et j’en passe).
Mais, c’est vrai, j’ai toujours été étonné que bien souvent les tirages obtenus par les différents labo. soient, parfois, si éloignés des photos visualisées à l’écran…

Le résumé au dos de la couverture me confirme cette difficulté et retient mon attention par des mots clairs et simples : « vraies couleurs », « pratique », « focalisé sur l’essentiel » et… « paramétrage des logiciels de traitement d’images tels Photoshop », son petit frère Element et Lightroom.
Je suis convaincu, je me lance dans l’aventure !

Le sommaire, également en 4ème de couverture, permet de savoir rapidement les sujets qui seront abordés sans avoir à chercher dans le livre.
Mais, pour ceux qui sont déjà dans la lecture, ce sommaire est détaillé (moins sommairement !) en page 5 à 7.

Livre que j’ouvre… Et, surprise : la première page qui se veut être l’équivalent de la 1ère de couverture laisse apparaître des couleurs nettement différentes : moins éclatantes, moins saturées ; sans aucun doute la nature du support est-elle en cause ?

Mais, l’Avant-propos me confirme de continuer en m’indiquant :
«la gestion des couleurs est nécessaire »
« et facile à mettre en œuvre »
« nul besoin de tout connaître »
« aller à l’essentiel »
« suivre pas à pas la procédure »

C’est surtout cette dernière expression qui retient mon attention ! Car, pour moi « l’étalonnage », « l’espace lab », « spectrophotomètre » ou « épreuvage » ont toutes les chances de m’é carter définitivement de ma passion !!
Et là, le livre débute véritablement sur un cauchemar photographique : une seule et même photo présentée en 4 variantes obtenues sur 4 écrans différents possédants leurs propres réglages…
 Aïe, pour tenter de nous faire comprendre le pourquoi du comment, l’auteur nous explique ce qu’est une image numérique, un pixel, RVB, etc.
Un bon point, très bon même : en regard des paragraphes, un petit encart style « ce qui faut retenir » ; dommage que ce ne soit pas fait systématiquement…

Mais, et c’est le bon côté pratique des choses, des petits trucs sont donnés, ex : plutôt que d’apporter deux mêmes corrections sur une image (la première nous semblant trop faible), il vaut mieux reprendre l’original et agir en une seule fois. Ainsi la modification ne sera pas destructive… Ce qui est encore plus sûr avec la gestion des calques.

Bon, j’ai bien compris : la couleur diffère selon les écrans ; et alors ?
L’auteur enfonce encore le clou en nous informant des disparités selon … les appareils utilisés, notamment leur comportement colorimétrique!
Pourtant, les photos en marge me rassurent : l’édition de belles photographies demeure possible.

Ami(e) lecteur(trice), je te laisse face aux explications suivantes : « la luminance d’une source lumineuse mesure son intensité lumineuse (en candelas) rapportée à sa surface …» ; c’est sans doute en français dans le texte, mais pas vraiment dans ma tête !
Mais, j’ai bien retenu « nul besoin de tout connaître » (maxime proposée précédemment) ; je continue donc mon chemin.

Bon, néanmoins, je retiens qu’il faut d’abord, et tout d’abord, préparer son écran ; c’est-à-dire suivre les 11 points décrits :
- Allumer son écran, x temps avant, pour lui permettre de stabiliser son propre éclairage
- Nettoyer la surface d’affichage
- Maîtriser l’interface de réglage de l’appareil (sans aucun doute le plus long et fastidieux)
- Positionner ce menu de réglage hors la surface qui servira à l’étalonnement…
- Désactiver les fonctions d’adaptation automatique de ce même menu
- Désactiver les logiciels pouvant interférer, notamment les économiseurs d’écran
- Fixer les paramètres d’affichage
- Faire un essai d’installation de votre colorimètre
- Régler le gamma de l’écran
- Régler la couleur du « blanc »
(à ce propos, ma petite chienne qui répond au doux nom de neige, n’est pas aussi blanche que cela lorsqu’elle se retrouve …sur la neige)
- Régler le contraste
Pas de panique, toutes les explications sont fournie « pas à pas ».

Il en sera fait de même pour l’étalonnage à proprement parler de votre écran, dont le protocole vous est expliqué avec les logiciels Eye-One Match Display 2 et Spyder3 Elite.
Je peux supposer que ces explications demeurent compatibles avec les autres produits du marché ? Mais s’agissant des deux principaux en la matière, je m’en remets à l’auteur de cet ouvrage.

J’avoue humblement, ami(e) lecteur(trice), ma crainte de poursuivre tant le langage utilisé m’est abscond ; mais véritable surprise, quoique fidèle à la promesse du résumé, des paragraphes clairs et agrémentés de copies d’écran explicites, encouragent à la poursuite de ce manuel !
                                                 
C’est donc un véritable mode d’emploi qui vous est proposé pour l’utilisation de ces deux logiciels tout au long des pages 47 à 81.
Bien que ne les ayant pas mis à contribution (je ne possède ni l’un, ni l’autre et même aucun), je suis persuadé de la pertinence des explications tant elles me paraissent limpides : j’avais donc raison de poursuivre ma lecture… Et toujours de bien belles photographies en exemple, ce qui ne gâche rien.

L’écran est OK ? Alors passons à l’autre bout de la chaîne : l’imprimante !

Alors que je m’attendais à un pavé épais comme ce n’est pas possible, seules 8 pages suffisent à l’auteur pour faire le tour de la question ! Il est vrai qu’il nous est vivement conseillé de nous reporter à l’ouvrage précédent « la gestion des couleurs pour le photographe » chez les mêmes auteur et éditeur…
Mais, le dernier chapitre est réservé à la désactivation du réglage des couleurs par l’imprimante, ces dernières devant être prises en charge par votre logiciel de traitement d’images préféré !

Seront donc abordés, dans les trois chapitres suivants, les logiciels Photoshop, Photoshop Element et Lightroom comme je l’ai indiqué au début de cette fiche de lecture.
Etant utilisateur du premier (version CS3), je vais m’appliquer à suivre les recommandations :
 Je suis dans l’espace de travail de mon logiciel, j’ai trouvé les paramètres à l’endroit indiqué et…Je bute, bêtement sur l’expression « si vos images proviennent d’APN compacts ou d’Internet ».
En effet, je possède bien un APN mais non compact et, étant moi-même, je le répète, photographe, j’utilise très rarement des images venant d’Internet ou d’ailleurs.
Je vérifie le manuel de mon APN et constate que la sortie d’images est en sRGB, je ne suis donc pas, si j’ai bien compris, concerné par les problématiques de profil notamment concernant RGB qui date de 1998.
Je reste donc sur ma faim : a priori, seuls ceux qui obtiennent des images en RGB sont concernés.
Mais, il est fait une grande place aux fichiers de type RAW, je ne pensais pas que les compacts offraient cette possibilité ?
Bon, passons ; toutefois, je confirme qu’il vaut mieux utiliser ce type de fichier qui vous permet d’avoir, et de conserver, plus de matière et, encore, si vous commettez une erreur d’exposition à la prise de vue (pas de cadrage) il plus facile de récupérer le cliché. Mais c’est une autre histoire.
Quoique, l’ouvrage fait une digression pour expliquer la balance des blancs ; l’astuce étant utile, c’est bien de la retenir.

Digression encore : lorsque, à cet instant, il est fait une incursion dans Lightroom alors qu’un chapitre lui est consacré après ?

Mais, je ne m’y attarde pas trop pour aller tout de suite en page 119 « imprimer une image avec Photoshop » et je constate que mes paramètres sont Ok : je ne laisse pas le pilote de l’imprimante agir; c’est bien CS3 qui commande !
Suivent des explications claires et précises sur les exceptions confirmant la règle et c’est bien ainsi.

Reste le dernier chapitre pour désinhiber les velléités du pilote de l’imprimante en prenant comme exemples deux grandes marques d’imprimantes. Et le tour est joué !!

Maintenant, je sais que pour maîtriser la gestion des couleurs, il me faut :
- Etalonner mon écran
- Régler mon logiciel en fonction de de mes images sRGB ou RGB
- Désactiver pour la gestion des couleurs le pilote de mon imprimante, ce à partir de mon logiciel de traitement de l’image.
En respectant, ce pas à pas, je suis sûr d’obtenir des photos fidèles à la réalité de ma perception photographique.
Il ne me reste plus qu’à savoir prendre de belles et bonnes images ; mais c’est un autre livre qu’il me faudra lire…

CONCLUSION : Que penser de cet ouvrage ? La matière est aride, mais je trouve que l’auteur s’en sort plutôt bien même si au début il ne peut nous faire grâce de termes beaucoup trop techniques qui ne conviendra qu’à quelques passionnés ou curieux ce qui peut faire du monde.
De plus, quelques chapitres sont mal servis par des explications concernant un autre domaine.

Je pourrais reprocher, également, que l’on parle de plusieurs logiciels (pour l’étalonnage ou traitement de l’image), seules les pages concernant celui en votre possession t’intéresseront. Mais, en même temps, cela permet d’avoir réellement des situations très pratiques qui répondent bien à un des objectifs de cet ouvrage : découvrir pas à pas et d’une manière très pratique la gestion des couleurs.

Références du livre :

GESTION des COULEURS PAS à PAS (159 pages)
Auteur : Jean DELMAS
Editeur : EYROLLES
Prix : 22€  

Jean-Claude BaroussePour en savoir plus sur l'auteur de cette rubrique
Chronique par JC Barousse
Site : http://jcbarousse.free.fr
E-mail : jcbarousseATfree.fr (remplacer AT par @)