Logo

René Maltête

René Maltête, Photos indiscrètes d’un homme discret

(8 mai 1930 – 20 novembre 2000)

rene maltete biographie 1

Ecrire une petite biographie de René Maltête n’est pas chose facile. Photographe à la vie privée plus que discrète, je ne vous apprendrais pas grand-chose que ce que l’on sait déjà en cherchant un peu. Français, né le 8 mai 1930 à Lamballe, il découvre la photo à l’adolescence et devient assistant metteur en scène stagiaire aux côtés de Jacques Tati et Claude Barma en 1950, puis membre de l’agence Gamma-Rapho en 1960.

Mais laissons là les éléments sur l’homme et sa vie privée, pour finalement parler de son travail. Ses clichés vous les connaissez sans avoir le nom du photographe qui se cache derrière ces images en noir et blanc, bien souvent exposées dans des livres ou des cartes postales. Car sa recherche artistique se fait au détour de son chemin, baigne dans la vie qui se promène. Il expose de son humeur légère, une époque insouciante d’après-guerre qui reste intemporelle. Car la fantaisie n’a pas de date ; l’image d’hier, avec son ambiance reconnaissable, sa lumière étudiée, le style vestimentaire de ses protagonistes ou le souvenir figé de quelques vieux métiers oubliés, vous fera autant sourire aujourd’hui. Et c’est là toute la puissance de ses photos : le message. Peu importe le moment, si elles vous font encore de l’effet, vous interpellent. Vous souriez, l’effet est réussi !

Tout le travail de René Maltête est là. Artiste de la rue avant même que le terme ne devienne à la mode, il capture le mouvement, la vie qui continue à palpiter, ce qui fait l’essence même de la photo vivante.

rene maltete biographie 2

Je loue le travail incroyable de tous ces photographes qui ont su être là au moment stratégique pour que tout soit réuni, devinant la légère mise en scène ou amélioration à esquisser, qui en fera un instant exceptionnel. Allez imaginer dans une ville grouillante, le zoom idéal sur le petit couple qui se bécote et que personne ne voit, dans cette foule de bruits, de gens, d’odeurs…savoir capturer et projeter dans son imagination cette image-là, seul le photographe et sa bulle de survie savent le faire. Toi tu passes, badaud, et tu n’as rien vu. Lui, le scanner de son œil est aux aguets et il a senti avant même que cela ne se fasse….Cette synchronicité chez Maltête, est encore plus prononcée pour ma part, que chez Doisneau par exemple, photographe célèbre s’il en est, dont le travail est de la même lignée, et dont certaines de ses photos ont fait le tour du monde.

Adeptes du numérique et jeunes générations, n’oubliez pas que le Sempflex 6x6 est son boitier de prédilection. Pour les novices, c’est un appareil moyen format argentique, dans lequel on regardait par un viseur à verre dépoli, sur le dessus du boitier ; alors autant vous dire que capturer l’instant T, avec un cadrage étudié, relève du défi. C’est même de l’art. Les réglages sont manuels, les cellules qui contrôlent la lumière, à main. Faire une photo parfaite avec tous ces paramètres frôle le génie et surtout nécessite une grande maîtrise de l’art photographique, quoi qu’on en dise. Je le clame haut et fort : NON, prendre une photo ne consiste pas qu’à appuyer sur un bouton ! Vas te rhabiller toi avec ton IPhone ou autre téléphone mobile, qui fait tout à ta place ! ….

Alors voilà, en vous faisant découvrir son travail, vous allez vous laisser porter par la poésie et l’humour délicat d’un homme à l’œil empathique, qui fait un plan serré sur les petites choses de la vie qui font la vie ! Ses images sont drôles et insolites, bourrées de clins d’œil et de sourires, qu’elles vont déposer sur votre visage par vos yeux captivés. Les noirs et blancs chantent l’émotion, la parodie de notre monde.

rene maltete biographie 3

René va figer sur négatif un groupe de religieuses qui marchent en parallèle de femmes nues sous une affiche des 7 péchés capitaux ; il va vous faire vous interroger sur des pas dans la neige qui suivent le chemin d’un homme invisible. Le regard de l’ouvrier qui sort des égouts et tombe nez à nez sur de jolies gambettes, c’est lui. La fille en bikini qui se cache derrière un magazine avec une couverture d’ecclésiastique, c’est lui. Le chien sombre couché, dont la queue se confond avec un tuyau d’arrosage interminable, c’est lui. Les amoureux discrets, se croyant seuls au monde et surpris par le regard intéressé d’une statue de dieu grec, c’est encore lui. Alors oui, Monsieur Maltête ne s’est pas lancé dans le cinéma, mais c’est tout comme. Il a promené son appareil photo au gré de tous ces moments plus ou moins volés, qu’il nous offre. Ces photos pleines de petits gags qui posent un film de légèreté sur la vie, où tout est prétexte à sourire dans une humanité retenue.

Son regard affûte notre réflexion, son travail respire la joie et la bonne humeur et ça fait du bien. Décédé en 2000, il nous laisse pour témoins des photographies qui doivent nous apprendre, comme lui, à voir la grâce et la poésie qui se cachent dans chaque minute, dans chaque recoin, se présentent devant nos yeux sans chichi. Aujourd’hui encore ses photos sont chargées d’une poésie qui reste rare et doit se perpétuer.

Par RoxtheRoh
Journaliste Photographe

« Incontournable de la photo de rue, son travail est un formidable remède contre la morosité. Ses clichés sont souvent très connus, bien plus que le nom de leur auteur. »

A voir ou à revoir :
L'interview de Robin Maltête (fils de René Maltête)

En savoir plus sur René Maltête
http://rene.maltete.com/

Auteur de l'article :
RoxtheRho
Journaliste Photographe
https://twitter.com/RoxtheRoh

 

2018 - Photophiles est une marque déposée - CNIL n°822478 - www.photophiles.com est réalisé avec le CMS open source Joomla